Mardi 30 : Le Yonkers de la rentrée

Mardi 30 août 2016, Yonkers (New York). – Pour bien préparer la rentrée des classes, on doit se coucher tôt, c’est bien connu. Finis les dîners de vacances qui commencent à pas d’heure parce que l’apéro s’est éternisé, finies les veillées autour du feu sur la plage, finies les chenilles endiablées jusqu’au point du jour, finis les derniers verres de trop au night… On part plein de bonnes résolutions pour affronter de nouveaux profs et de nouveaux camarades de jeu, un programme inédit dont on ne sait encore pas grand chose. Continuer la lecture de « Mardi 30 : Le Yonkers de la rentrée »

Mardi 16 : Retour aux affaires courantes à Yonkers

Mardi 16 août 2016, Yonkers (New York) farmacias similares viagra. – Ce n’est pas tous les jours Hambletonian et Yonkers reprend ses droits dans le programme Premium français avec une nouvelle nocturne de cinq courses, ce mardi à partir de 21 heures.
Nous retrouvons beaucoup des protagonistes des derniers rendez-vous de Yonkers avec des courses de référence très bien représentées, ce qui vous permet de juger sur pièces, grâce aux vidéos postées sur notre chaîne YouTube et relayées ici.
De retour de congés, Jean Laroche, notre consultant québécois, vous retrouvera en direct sur la chaîne Equidia Live et ses pronostics sont en exclusivité sur notre site.
Trois interviews de drivers très actifs à Yonkers, à savoir Jason Bartlett, George Brennan et Joe Bongiorno, vous sont aussi proposées ici avec les traductions des renseignements les plus instructifs à propos des courses de mardi soir.
Bon jeu à tous et rendez-vous sur Equidia !

Capture d’écran 2016-08-13 à 13.51.56
Cliquez sur l’image du programme ci-dessus pour télécharger le pdf du programme avec stats et performances de tous les concurrents.

7ème course -21h10
Prix du Bronx – 26.000$

Fav. Théoriques : 9-3-2-5
Jean Laroche :9-5-2
Daily Racing Form (Paris-Turf américain) : 9-7-10
Equidia : 1-9-3-8
Yonkers-France : 3-2-6-10

George Brennan, driver du 708 CREE : « Je l’ai sans doute démarrée trop vite la dernière fois et elle s’est mise au galop. Il ne me semblait pas tellement lui en demander, pourtant. Je serai plus prudent mardi et c’est une bonne pouliche, assez rapide pour prendre les devants au début, même avec le 8 derrière l’autostart. »

Jason Bartlett, driver du 703 NEW LEAF : « Elle a terminé deuxième à Vernon dans un lot de premier ordre, lors de son avant-dernière sortie. C’est une pouliche facile, capable de tout faire, et je ne pense pas que la distance soit un problème pour elle. Elle descend nettement de catégorie. »

9/8, 7ème course :
2e – 7 HILLMAN / Jason Bartlett

2/8, 6ème course :
3e – 1 BUZZEN GARLAND / PLachance
9e – 4 CREE / GBrennan

8ème course -21h37
Prix du Pont de Queensboro – 26.000$

Fav. Théoriques : 3-2-1-4
Jean Laroche : 3-1-2
Daily Racing Form (Paris-Turf américain) : 3-4-2
Equidia : 2-7-1-10
Yonkers-France : 3-2-1-7

George Brennan, driver du 802 CREDEVIE : « Il vient d’être déclaré non-partant à un meilleur niveau mais je ne m’en soucierais pas trop. Il a bien fini sur cette distance lors de son avant-dernière sortie (3ème, ndlr) et a couru contre de meilleurs adversaires, notamment dans les New York Sires Stakes. Il fera sans doute l’arrivée une fois encore. »

9/8, 7ème course :
1er – 6 BAHAMA MAMA AS / Jordan Stratton – Anette Lorentzon
3e – 8 PARTY ON THE RIVER / Ty Buter
5e – 4 HERE COMES SAM / Sc Zeron

9/8, 2ème course :
2e – 1 ONE CHIEF / Ge Brennan

2/8, 6ème course :
5e – 5 BJANTHONY / MMacDonald
8e – 7 ONE MORE COLES / JBongiorno

9ème course -22h04
Prix Vivienne – 18.800$

Fav. Théoriques : 1-7-6-3
Jean Laroche : 1-7-9
Daily Racing Form (Paris-Turf américain) : 1-7-5
Equidia : 1-2-7-10
Yonkers-France : 1-4-7-10

Jason Bartlett, driver du 901 PERFECTLY ENOUGH S : « Il a gagné sur la distance la dernière fois que je l’ai drivé. Il est bien placé, le long de la corde, et il a fait ses preuves à Yonkers. Je pense qu’il pourra faire l’arrivée une fois encore. »

Joe Bongiorno, driver du 906 MESMERIZED : « Je l’ai souvent drivé. Il sait démarrer très vite mais finit moins bien ses courses, ce qui pourrait poser problème sur cette distance plus longue que d’habitude. Il n’a pas fini sa dernière course parce qu’il avait cassé ses hobbles (sangles des jambes, ndlr), je crois. Il ne faut pas faire attention à ça. »

9/8, 10ème course :
1er – 6 FASHION CHOCOLATE / Brian Sears – Vi Morgan Jr
7e – 7 HOT SUMMER KNIGHT / Ty Buter
8e – 4 MESMERIZED / Ja Bartlett

2/8, 11ème course :
5e – 3 SHE’S UNCORKED / JStratton

2/8, 7ème course :
5e – 8 A J DESTINY / MMacDonald

10ème course -22h31
Prix du Pont de la Tournelle – 20.000$

Fav. Théoriques : 1-7-3-6
Jean Laroche : 3-1-4
Daily Racing Form (Paris-Turf américain) : 3-6-7
Equidia : 1-8-4-7
Yonkers-France : 3-5-6-1

2/8, 8ème course :
2e – 5 KASH’S EXPLOSION / JMarshall, III
3e – 4 EDINBURGH / MMacDonald
5e – 1 MUSCLESANDMARTINIS / TButer
8e – 6 TELL THE JUDGE / RBaynes

19/7, 2ème course :
2e – 1 TELL THE JUDGE / RBaynes
4e – 5 FUMATA BIANCA / SSmith
7e – 4 SOUTHWIND VENUS / MMelander

11ème course -22h58
Prix de Passy – 14.600$

Fav. Théoriques : 8-4-6-1
Jean Laroche : 5-6-7
Daily Racing Form (Paris-Turf américain) : 4-3-6
Equidia : 7-8-3-4
Yonkers-France : 1-4-8-6

Joe Bongiorno, driver du 1108 WALLTOCOUSINS : « C’est un cheval sympa, et il a couru en progrès, la dernière fois à Chester, après une série de mauvaises courses. je ne suis pas certain qu’il appréciera le parcours plus long mais il revient en forme et je m’en méfierais, même avec le 8 au départ. »

2/8, 9ème course :
2e – 4 LILY’S SWAN POND / BHolland
3e – 6 SURFACE TENSION / GBrennan
9e – 7 ITZAZIAM / SZeron

26/7, 5ème course :
2e – 1 BRICKYARD TOOTS / Ray Baynes
4e – 2 ITZAZIAM / Br Sears
5e – 3 SURFACE TENSION / Ge Brennan
8e – 8 LILY’S SWAN POND / Ja Bartlett

26/7, 2ème course :
3e – 6 KICK A LOT / SZeron

Jimmy Takter : Mr Lavec a été le déclic de ma carrière américaine

Foto: Martin Langels ALN Pressbild AB Solvalla 20140525
Foto: Martin Langels ALN Pressbild AB Solvalla 20140525

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire hippique Harness Racing Update, l’entraîneur suédois Jimmy Takter, parmi les meilleurs aux États-Unis, a déclaré que contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est Mr Lavec et non Moni Maker qui a eu le plus d’influence sur sa carrière outre-Atlantique. Deuxième du Hambletonian 1993 et du Derby suédois l’année suivante, Mr Lavec appartenait en partie au professionnel scandinave, associé à Johan Dieden (dont les élèves portent la marque « Lavec ») et il a fait l’ensemble de sa carrière avec lui, tandis que Moni Maker, qui a remporté 5 fois plus de gains au cours d’une carrière internationale, a rejoint ses effectifs en fin d’année de 4 ans.
« Mr Lavec a sans doute davantage influencé ma carrière sur le plan financier mais aussi d’un point de vue chronologique, a expliqué Jimmy Takter. Il m’a permis de grimper un échelon. Je l’ai drivé sur l’ensemble de sa carrière, en Europe et en Amérique. Johan Dieden était aussi un partenaire très important, qui m’a mis le pied à l’étrier. Mr Lavec a terminé deuxième de Victory Dream dans le Hambletonian en 1994. peut-être que le lauréat était le meilleur mais à la décharge de mon cheval, il avait souvent des allergies en plein été. Il a d’ailleurs été battu aussi à cette époque de l’année dans le Derby en Suède, l’année suivante (par Good As Gold, ndlr). C’était un chic cheval, sinon. Je lui dois beaucoup. »
Moni Maker a remporté les Hambletonian Oaks avant de rejoindre l’écurie de Jimmy Takter, l’année suivante, et de s’imposer plus tard dans le Prix d’Amérique et l’Elitloppet, mais rater le grand chelem européen en devant se contenter de la deuxième place dans la Loterie de Naples (deuxième de Wesgate Crown -un ancien adversaire de Mr Lavec aux USA- en 1997.
Mr Lavec, qui a 25 ans et a ainsi survécu à sa glorieuse cadette, a passé toute sa carrière d’étalon au Canada, à Tara Hill Farm dans l’Ontario, chez David Heffering, auquel il a aussi beaucoup apporté : « Il a été notre premier champion. Il a du sang français (sa quatrième mère est une fille de Kairos, par The Great McKinney et la grande Uranie), ce qui le distinguait de la plupart des étalons disponibles alors. Il n’a pas produit de gagnant du Hambletonian mais l’Ontario correspondait assez bien car nous avions un riche programme de Sires Stakes dans la province. Son carnet est resté plein pendant une quinzaine d’années et ses produits ont pris plus de 40 millions de dollars en course. »
Moni Maker est morte en 2014 après avoir produit pour sa part 10 poulains dont un dernier, le 2ans International Moni, par l’étalon Love You, qui sera peut-être le meilleur de sa progéniture directe.

MARION MARAUDER SACRÉ SOUS LE SIGNE DE SON PÈRE, MUSCLE HILL

Samedi 6 août 2016, Meadowlands (New Jersey, USA). – Marion Marauder a remporté la 91ème édition du Hambletonian, samedi à Meadowlands, pour le Canada et un des plus jeunes drivers au palmarès de la course, Scott Zeron. Il a fallu la photo pour déclarer le vainqueur de la finale, car Southwind Frank a vendu très chèrement sa peau, le long de la corde après avoir patienté dans le dos de l’animateur Bar Hopping. Il a même semblé prendre le meilleur à quelques mètres du but mais Marion Marauder est revenu prendre un nez sur le fil, et par la même occasion le leadership sur la promotion, tout ça malgré un parcours pas forcément économe : Bar Hopping avait pris la tête à Southwind Frank avec Tim Tetrick à bord, tentant ainsi de reproduire sa batterie dominatrice. Marion Marauder a dû se rapprocher en dehors, nez au vent, à partir de la ligne d’en face, un peu comme Victor Gio dans le Peter Haughton. Et il a maintenu son effort jusqu’au bout pour gagner en 1’9’’5, malgré le bon finish de son adversaire et celui du 3ème Sutton, bien parti mais pris par le jeu des relais ensuite. « Je savais qu’il allait se battre mais il fallait le lui demander, a expliqué Scott Zeron à propos de ce moment de doute. Il pense que le boulot est terminé quand il passe un adversaire, et je me suis beaucoup inquiété de ça pour finir. »

Scott Zeron est ainsi devenu, dès sa première participation à la course, un des plus jeunes drivers au palmarès, au sulky d’un partenaire avec lequel il a déjà participé au grand circuit US l’an dernier, et terminé deuxième de la Breeders’Crown remportée par… Southwind Frank.

« L’année dernière, il avait des manies étranges, se rappelle Scott Zeron. Il ne fallait pas qu’il voie les ailes de l’autostart. Il fallait donc que je me mette en retrait pour déboîter au dernier moment, lorsque la voiture accélère. C’est pour ça qu’il n’a jamais pu se retrouver en bonne position pour gagner à 2 ans. Paula Wellwood (l’entraîneur) a su gérer ce défaut et cette année, tout va bien. »

Le père de Marion Marauder, Muscle Hill, également le père de Southwind Frank, remportait là son septième succès de haut niveau de la journée avec six chevaux différents : Les deux batteries et la finale du Hambletonian, les Oaks, les deux courses de 2ans plus le John Cashman avec Resolve… Rarement, même aux USA, un étalon n’a autant dominé le sujet.

La première des deux batteries de qualification pour la finale de l’Hambletonian a été remportée sans problème par Bar Hopping pour Jimmy Takter. Drivé par Tim Tetrick, il a pris l’avantage en face et n’a plus été inquiété. Il a passé le poteau avec plus de cinq longueurs d’avance sur Milligan’s School, qui n’a pas eu le meilleur parcours, en 1’9’’5, avec les derniers 400 mètres bouclés seul sur le pied de 1’9’’1… La seconde batterie n’a pas été moins animée grâce à Southwind Frank, qui a pris la tête au début sur le pied de 1’6’’ et fractions, mené en face et jusqu’à l’entrée de la ligne droite, pour finalement plafonner à la fin et se faire battre par Marion Marauder, drivé patiemment par Scott Zeron. Il s’en est même fallu de peu que le leader de la promotion ne perde la deuxième place au bénéfice de Waitlifter K, un poulain arrivé très tard au top niveau de cette génération cette saison.

Au départ de la finale, après attribution des places derrière l’autostart, Bar Hopping, avec le N°3, devenait favori de la grande course à 3,50 devant Marion Marauder à 4,00 et Southwind Frank à 5,00.

Oaks : All the Time, le lapin Duracell

Jimmy Takter, qui espérait remporter un troisième Hambletonian consécutif, n’a pas vécu une de ses plus grandes éditions. Il a dû se consoler avec les pouliches, Ariana G chez les 2ans, et surtout All The Time chez les 3ans. La lauréate des Hambletonian Oaks ne paye pas de mine, même à pleine vitesse, mais elle a un cœur plus gros qu’elle, et elle va plus loin que ses adversaires. C’est ce qu’on attend en général d’une championne. C’était, avant la course, la troisième plus riche du lot derrière Broadway Donna, la meilleure un an plus tôt dans le Jim Doherty, et la canadienne Caprice Hill, mais elle a assurément pris le dessus désormais. Inexorablement, dans une ligne droite où elle est passée de la quatrième à la première place sans sembler aller si vite, d’autant plus que les animatrices en avaient trop fait –elles sont allées plus vite que les mâles de la finale à chaque quart de mile sauf le dernier.

Yannick Gingras a joué le chrono et il a donc ramassé ses adversaires pour finir. All the Time partait avec le 6 parce qu’elle avait terminé seulement troisième de sa batterie, une semaine plus tôt. Il semblait manquer un petit quelque chose… « Nous l’avons déferrée des antérieurs, aujourd’hui, a révélé Jimmy Takter. C’est sans doute ce qui a fait la différence. »

Les autres grandes courses de la journée

Il s’en est fallu de peu que l’étalon français Ready Cash ne remporte son premier classique américain dès la première participation de sa progéniture. Dans le Peter Haughton Memorial, le grand prix des 2ans de la journée du Hambletonian, l’italien Victor Gio, piloté par Björn Goop, a dû attaquer en face, lorsqu’il s’est retrouvé le nez au vent à trois longueurs de l’animateur Snowstorm Hanover, et il a mené sa tâche à bien pour aborder la dernière ligne droite. Longtemps alors, il a semblé contrôler la course car à sa hanche, son compagnon d’entraînement Rubio, qui l’avait suivi dans sa progression, plafonnait manifestement. On avait oublié What The Hill, l’atout de Ron Burke, qui avait couru dans le sillage des leaders côté corde et s’est présenté en pleine forme dans la phase finale. Pour son driver David Miller, il fallait seulement trouver le bon chemin. Il a réussi à s’infiltrer entre les deux Takter et a dominé sûrement pour finir avec un chrono de 11’’3.

Evidemment, perdre d’aussi peu une course de ce niveau avec un produit à moitié français, c’est une cruelle désillusion mais une chose demeure : ce Victor Gio sort de l’ordinaire et il pourra sans doute encore faire parler de lui, cette année et peut-être l’année prochaine !

Chez les pouliches de 2 ans, Ariana G, la grande favorite du Jim Doharty Memorial, a dominé nettement après avoir laissé les animatrices s’expliquer et elle a fondu sur sa rivale Chezatter dans les derniers cinquante mètres. Chacune des courses de 2ans du Hambo Day est dotée de 270.000€.

Ron Burke menait 2-0 sur le team Takter après les succès de Hannelore Hanover, impressionnante parmi les juments d’âge du Fresh Yankee malgré la bonne attaque de la brave Shake It Cerry, et le succès d’Ariana G a ramené le Suédois dans la course avant les très gros rendez-vous de l’après-midi.

Dauphin de Nuncio à Solvalla, Resolve a dominé le John Cashman memorial (246.000€) en 1’8’’6, avec un départ-canon, une course de relais qu’il a laissée passer, et une progression continue sur les derniers 500 mètres. Ake Svanstedt a déclaré que son pensionnaire avait besoin de temps entre ses courses et qu’il était plus performant ainsi. Il a couru l’Elitloppet, puis il a fait sa rentrée un mois plus tard, avant sa dernière course à Yonkers -3ème d’un handicap avec le 7 au départ, à seulement deux semaines de cette nouvelle victoire.

LE GRAND JOUR DU HAMBLETONIAN EST ARRIVÉ !

Samedi 6 août 2016, Meadowlands (New Jersey, USA). – Le grand jour des courses US est arrivé. Ce n’est pas l’empressement du Kentucky Derby, qui fait figure de jour férié dans la ville natale du « champ’ » Mohammed Ali. On voit la skyline de Manhattan au loin, au cœur d’une zone commerciale dont le stade MetLife, face aux tribunes, accueillit récemment la finale de la Copa America et un an plus tôt le Super Bowl. « On a aussi eu le Real de Madrid il y a deux jours, c’était dingue », avoue le taxi local après avoir noté qu’il « faisait bon », alors qu’on affiche déjà 30° et qu’il fait très lourd. « Un temps de printemps, c’est plutôt doux », confirme-t-il. Continuer la lecture de « LE GRAND JOUR DU HAMBLETONIAN EST ARRIVÉ ! »