Le trotteur français s’invite dans le Hambletonian

La 92ème édition du Hambletonian, la plus grande épreuve pour trotteurs des Etats-Unis, créée en 1926 et réservée aux seuls 3ans, se dispute samedi à Meadowlands et pour la première fois, peut-être, le fils d’un étalon français possède une réelle chance de s’imposer. Certes, un petit-fils de notre Rêve d’Udon, Market Share, s’est imposé dans cette course en 2012, mais il s’agirait là d’un pas de géant accompli pour l’élevage tricolore.
En l’absence du favori Walner, invaincu cette saison mais blessé à l’issue de sa facile victoire dans l’ultime préparatoire, c’est un fils du français Love You et de la grande championne américaine Moni Maker, nommé International Moni, qui s’élancera dans la première et la plus difficile, sur le papier, des deux batteries de qualification à la finale du Hambletonian, samedi vers 20h20 près de New York.
Sans Walner, la course est en effet beaucoup ouverte que prévu, et International Moni, qui a lui aussi été victime d’un contretemps lorsqu’il a souffert d’une crise de coliques au début du mois de juillet, vient de gagner plaisamment pour son retour. Toutefois, le pensionnaire de Frank Antonacci, qui sera confié à Scott Zeron, lauréat l’an dernier de cette même course au sulky de Marion Marauder, n’est pas tombé sur la batterie la plus facile. Il doit notamment redouter Long Tom, un pensionnaire de Marcus Melander qui a remporté quatre de ses cinq sorties cette saison, et n’a été battu qu’à Pocono Downs par Devious Man, le favori de l’autre batterie samedi. Ce jour-là, Long Tom devançait tout de même Ariana G, qui sera samedi la grande favorite des Hambletonian Oaks pour l’entraînement de Jimmy Takter –elle aurait pu affronter les mâles, en l’absence de Walner, mais son entourage a préféré laissé passer son tour pour « assurer » chez les seules pouliches.
Il y a aussi dans cette course de qualification un certain Victor Gio, fils du crack-étalon français Ready Cash qui conclut l’an dernier 2ème avec Björn Goop du Peter Haughton Memorial, le Grand Prix des 2ans dans cette même réunion. Entraîné par Jimmy Takter, il a connu des hauts et des bas ensuite mais il semble sur le bon chemin et Yannick Gingras, premier driver de l’écurie Takter, est au sulky…
S’il n’a pas a priori les toutes premières chances dans le Hambletonian, Jimmy Takter entraîne en revanche les favoris des Oaks (21h40) et des deux courses de 2ans, Manchego (Muscle Hill) dans le Jim Doherty Memorial (19h20) chez les pouliches, et You Know You Do (Muscle Hill) dans le Peter Haughton Memorial (19h) des poulains.
Autre grand rendez-vous de la soirée, le John Cashman Memorial (19h40) met aux prises les meilleurs chevaux d’âge du pays, et en particulier le gagnant du Hambo en 2016, vainqueur en outre de la Triple Couronne des trotteurs US, Marion Marauder, qui semble meilleur que jamais -il sera toutefois opposé à JL Cruze, qui revient en forme, à Resolve, malheureux ces derniers temps, Crazy Wow, irrégulier mais capable du meilleur, et Rubber Duck, un des meilleurs trotteurs d’âge à Yonkers.
Pour suivre cette soirée, rendez-vous sur Equidia Live, puisque plusieurs de ces courses sont supports de paris en France, mais aussi, pour un programme continu, sur le site de Meadowlands, thebigm.com, rubrique « live and replay video ».
Pour télécharger gratuitement le programme de la réunion, cliquer ici !
Les pronostics du Daily Racing Form
Peter Haughton Memorial-C1 : 7-5-1-4-8
Jim Doherty Memorial-C2 : 4-2-8-7
John Cashman Memorial-C3 : 7-3-8-2
Hambletonian Batterie 1-C4 : 3-5-8-7
Hambletonian Batterie 2-C5 : 9-3-5-1
Townsend Ackerman Memorial-C6 : 9-2-5-3
Hambletonian Oaks-C7 : 5-4-2-7
Finale Hambletonian-C8 : ????

Jimmy Takter évoque ses espoirs pour le prochain Hambletonian

L’entraîneur suédois Jimmy Takter est installé aux États-Unis depuis 1982. Il a remporté toutes les courses principales du circuit US, dont quatre Hambletonians, et a été six fois élu entraîneur de l’année là-bas. Tous les ans, c’est vers son effectif qu’on se tourne pour avoir les plus grandes chances de désigner les meilleurs chevaux de la saison. Pour une fois, cependant, l’entraîneur de Moni Maker, gagnante du Prix d’Amérique en 1999, se pose en challenger car les favoris des grands prix ne sont pas dans son écurie. Pour l’instant. Il compte sur une pouliche, Ariana G, pour affronter les meilleurs 3ans cette saison. Premier acte de cette nouvelle histoire samedi soir dans le Earl Beal Jr. Memorial, doté de 500.000$, une course dans laquelle la pouliche a tiré le numéro 8 en dehors de l’autostart alors qu’elle a gagné facilement sa batterie de qualification la semaine dernière. Cela sera-t-il suffisant pour barrer la route du succès à une trotteuse dont Jimmy Takter a dit dans la presse hippique suédoise qu’elle était peut-être meilleure que Moni Maker ? Continuer la lecture de « Jimmy Takter évoque ses espoirs pour le prochain Hambletonian »

Dimanche 2 : Quatre Multis au programme

À deux jours de la fête nationale américaine, qui n’est pas bien lointaine de la nôtre (le 4 chez eux, le 14 chez nous), nous retrouvons Yonkers dans le programme des paris français avec à nouveau quatre courses de douze et onze partants, ce qui nous permet de bénéficier d’une large gamme de jeux à combinaisons.

Suivez-nous sur Twitter @YonkersFrance pour d’autres news de Yonkers et une mise à jour en direct…

LE PROGRAMME

Cliquez sur l’image du programme ci-dessus pour télécharger gratuitement le programme complet des courses PMU de dimanche soir, avec statistiques et performances.

Continuer la lecture de « Dimanche 2 : Quatre Multis au programme »

Hervé Filion, champion des champions drivers américains, s’est éteint à 77 ans

Longtemps détenteur du record en nombre de victoires parmi les drivers américains, le québecois Hervé Filion s’est étaient jeudi 22 juin à l’âge de 77 ans. Il avait remporté 15 179 courses en Amérique du Nord lorsqu’il a pris sa retraite en 2013. Il avait terminé 16 saisons en tête des drivers américains de 1968 à 1990.
Natif d’Angers au Québec, dans une famille de dix enfants, il avait appris à driver avec les chevaux de la ferme familiale et avait débuté dès l’âge de 12 ans dans une foire locale.
Il devait s’installer aux États-Unis en 1961, et les records tombèrent sans arrêt pendant sa carrière. En 1968, Hervé Filion est devenu le premier driver à remporter 400 courses dans une année (407), puis il a porté la barre toujours plus haut en 1970 (486), 1971 (543), 1972 (605) et 1974 (637) avant d’être battu par son compatriote Michel LaChance en 1986 avec 770 victoires… Il récupéra son record deux ans plus tard en signant 798 succès dans l’année 1988, puis 814 l’année suivante !
Parmi les nombreux bons trotteurs qu’il a pu mener, le plus connu des turfistes français est certainement la jument Grades Singing, qui se plaça deuxième d’Ourasi dans le Prix d’Amérique 1987 avec Jean-Pierre Dubois au sulky.
Hervé Filion, pour sa part, a été introduit au Hall of Fame des courses au trot à l’âge-record de 35 ans -un record égalé depuis par un autre Canadien, John Campbell, en 1990, quinze ans après le Québecois. Billy Haughton, qui fut un des hommes de cheval les plus reconnus d’Amérique, dit un jour au sujet de Hervé Filion : « Il y a quelques bons drivers, quelques-uns sont exceptionnels, mais il n’y a qu’un Hervé Filion ! »
Longtemps en exercice à Yonkers, Hervé Filion avait piloté une soirée de 1988 avec un micro sur l’hippodrome newyorkais. Un petit joyau du passé, qui permet de mieux comprendre la façon dont les courses se déroulaient à l’époque…

 

 

Ariana G défie les garçons

L’année dernière à 2 ans, Ariana G (Muscle Hill), une pensionnaire de Jimmy Takter, n’a pas raté grand chose puisqu’elle a remporté le Jim Doherty, ex-Merrie Annabelle, championnat des pouliches de 2ans disputé le jour du Hambletonian à Meadowlands, puis la grande course de sa promotion au Red Mile avant de s’imposer dans la finale de la Breeders’ Crown des pouliches de 2ans. Au total, elle a gagné neuf de ses onze sorties, terminé une fois deuxième et pris plus de 660.000€.

De retour aux affaires cette année, elle a remporté les trois courses qu’elle a disputées :une qualification puis une finale des New Jersey Sires STakes à Meadowlands, puis sa batterie du Earl Beal Memorial, samedi soir à Pocono Downs en Pennsylvanie, sur le pied de 1’10 »7, de bout en bout, avec un dernier quart de mile sur le pied de 1’8 »6. Continuer la lecture de « Ariana G défie les garçons »

Breeders’Crown : des couronnes et des promesses…

Vendredi 28 et samedi 29 octobre se déroulaient à Meadowlands (New Jersey) les finales de la Breeders’Crown, virtuel acte final de la saison des courses attelées aux États-Unis avant l’élection des chevaux de l’année. Les principaux animateurs de la saison n’ont cependant pas toujours eu le dernier mot alors que des promesses d’une saison 2017 remarquable ont déjà pu être lancées… Continuer la lecture de « Breeders’Crown : des couronnes et des promesses… »

BREEDERS’ CROWN : DERNIER SOMMET DE LA SAISON DU TROT US

Les six principales catégories de champions du trot américain seront au départ, vendredi et samedi soir, des finales de la Breeders’ Crown. Il s’agit du pendant à l’attelage de la fameuse Breeders’Cup, qui fut également lancée en 1984 par John Gaines, pape du galop US qui venait justement de l’élevage trotteur.

Cette année, c’est à Meadowlands que se déroulent ces courses de 1.609 mètres dotées de 250.000 à 600.000$. Continuer la lecture de « BREEDERS’ CROWN : DERNIER SOMMET DE LA SAISON DU TROT US »

GRAND CIRCUIT AU RED MILE : UNE COURONNE, UN CHRONO ET UNE RENAISSANCE

Dimanche 9 octobre, Lexington (Kentucky). – La réunion de clôture du meeting du Red Mile, dimanche 9 octobre à Lexington dans le Kentucky, a fait bien plus que tenir ses promesses, et pas seulement parce que le soleil a brillé toute la journée sur le dirt de cette piste mythique. Ce jour-là, on a tout de même sacré un neuvième gagnant de la Triple Couronne américaine des trotteurs à l’arrivée du 124ème Kentucky Futurity (3ans, 1 609 mètres, 384 000 €), Marion Marauder, drivé au millimètre par Scott Zeron. On venait alors d’assister à l’établissement d’un nouveau record du monde à l’amble, un chrono de 1’5’’95 (1’46’’ sur le mile) réalisé par l’athlétique Always B Miki et son driver attitré David Miller, pour l’entraînement de Jimmy Takter. Et pour couronner le tout, Broadway Donna a renoué avec le succès dans le Kentucky Filly Futurity (femelles de 3 ans, 1 609m, 278 000 €), aussi facilement dans sa batterie que dans la finale. La pensionnaire de Jim Campbell semble donc avoir retrouvé la forme au bon moment : « La dernière fois (fautive au Red Mile, ndlr), je pense être le responsable de son échec. Je voulais la déferrer derrière mais je ne l’ai pas fait et elle n’était pas à son aise. Elle avait été malade cet été et a saigné dans les Hambletonian Oaks (4ème, ndlr). Nous l’avons traitée au Lasix à partir de ce moment-là mais ça n’a rien donné de concluant avant ces dernières courses. Je suis heureux de l’avoir retrouvée et je pense qu’on la verra encore l’année prochaine. »

Mais le héros du jour a bien été Marion Marauder, même s’il a gagné du plus court des nez sur sa pointe de vitesse finale, pour priver une fois encore son grand rival Southwind Frank, comme à Meadowlands, d’un succès classique.

Scott Zeron a attendu le dernier moment pour coiffer son rival au poteau, exactement comme dans la batterie de qualification à la finale du Hambo deux mois plus tôt. Du coup, le neuvième gagnant de la Triple Couronne, puisqu’il a aussi remporté le Yonkers Trot entre ces deux victoires classiques, a gagné avec un nez d’écart à Meadowlands et d’une tête seulement lors de ses deux autres succès. Du travail d’orfèvre !

L’entraîneur du lauréat, Paula Wellwood, est aussi son copropriétaire avec son mari et son fils, joueur de football dans l’équipe universitaire des Marauders. Elle avait hésité à courir parce qu’elle craignait une course trop dure avant la Breeders’Crown, deux semaines plus tard, mais en la chargeant littéralement dans l’écurie, Marion Marauder lui a indiqué qu’il était au summum de sa forme et que l’inaction n’était pas la meilleure option. Il a donc été supplémenté dans la course pour un coût proche de 50 000 $ et il n’a pas semblé plus handicapé que ça par son N°11 tout en dehors de l’autostart, qui compte douze places au Red Mile… « Dans une course précédente, les 11 et 12 avaient fini dernier et avant-dernier, explique Scott Zeron, 27 ans, le plus jeune driver à avoir remporté une triple couronne US, et je n’étais donc pas trop confiant. Je me suis dit qu’on improviserait mais je n’avais aucune tactique en tête. Je me suis retrouvé derrière Bar Hopping, qui m’a ramené progressivement, et j’ai pu ainsi aller chercher Southwind Frank. » Marion Marauder est passé de la septième à la première place dans les quatre cents derniers mètres de cette splendide piste en terre et sable, travaillée spécialement pour accueillir le Grand Circuit de façon à favoriser les records.

En l’occurrence, Marion Marauder s’est contenté d’un chrono gagnant de 1’10’’, plus lent que les deux temps réalisés par Broadway Donna chez les filles (1’9’’2 et 1’9’’1), et bien sûr que les 1’46’’ d’Always B Miki à l’amble ! Entraîneur du premier cheval à passer le cap des 1’6’’ au kilomètre à l’attelé, Jimmy Takter semblait aux anges en allant sur le piste retrouver son crack, survivant de combats sans merci, ces deux dernières saisons, face à Freaky Feet Pete et Wiggleit Jiggle It. On sent une certaine admiration chez le grand entraîneur pour cet ambleur qui lui a encore une fois beaucoup donné et fait oublier ses relatifs échecs dans les deux grands classiques du Red Mile, dimanche.

S’il en est un, cependant, qui a une fois de plus fait carton plein, c’est bien l’étalon Muscle Hill : les trois premiers du Kentucky Futurity sont ses produits. Les éleveurs américains sont à l’affût de toute nouveauté intéressante pour croiser avec cet étalon inévitable désormais. Ce n’est pas chez les mâles de cette promotion qu’ils trouveront courant de sang nouveau !

Il faudra peut-être attendre la promotion classique de 2017, qui semble très prometteuse et plus « diverse » que celle de cette saison… Les 21 et 22 octobre prochains, on retrouve tout ce petit monde, les 2ans et les 3ans, au départ des batteries de qualification de la Breeders’Crown deux semaines plus tard, ultime rebondissement de la saison au top niveau.

En attendant, le canadien Flanagan Memory a bien gagné l’open des chevaux d’âge avec Brian Sears au sulky, très confiant pour son prochain rendez-vous sur les 2 011 mètres de l’International trot, samedi prochain…

LA BELLE AMÉRICAINE DANS LE KENTUCKY

Paula Wellwood et son Marion Marauder après le Hambletonian. Le second a attaqué la première aux écuries pour la convaincre de l'engager dans le Kentucky.
Paula Wellwood et son Marion Marauder après le Hambletonian. Le second a attaqué la première aux écuries pour la convaincre de l’engager dans le Kentucky.

Dimanche 9 octobre 2016, Lexington (Kentucky).- Demain dimanche se déroule à Lexington (Kentucky) la 3ème manche de la triple couronne américaine des trotteurs, le 124ème Kentucky Futurity (3ans, 1 609 mètres, 384 000€). Ils sont douze au départ dont le vainqueur des deux premières manches, Marion Marauder. Le pensionnaire de Paula Wellwood a remporté neuf de ses douze sorties cette saison, dont le Hambletonian à Meadowlands début août, d’un nez sur Southwind Frank, et le Yonkers Trot à Yonkers, d’une encolure sur SmallTownThrowDown, un mois plus tard. S’il gagne dimanche, Marion marauder deviendra le 9ème trotteur à réaliser le triplé, le premier depuis Glidemaster en 2006. Continuer la lecture de « LA BELLE AMÉRICAINE DANS LE KENTUCKY »

Jimmy Takter : Mr Lavec a été le déclic de ma carrière américaine

Foto: Martin Langels ALN Pressbild AB Solvalla 20140525
Foto: Martin Langels ALN Pressbild AB Solvalla 20140525

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire hippique Harness Racing Update, l’entraîneur suédois Jimmy Takter, parmi les meilleurs aux États-Unis, a déclaré que contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est Mr Lavec et non Moni Maker qui a eu le plus d’influence sur sa carrière outre-Atlantique. Deuxième du Hambletonian 1993 et du Derby suédois l’année suivante, Mr Lavec appartenait en partie au professionnel scandinave, associé à Johan Dieden (dont les élèves portent la marque « Lavec ») et il a fait l’ensemble de sa carrière avec lui, tandis que Moni Maker, qui a remporté 5 fois plus de gains au cours d’une carrière internationale, a rejoint ses effectifs en fin d’année de 4 ans.
« Mr Lavec a sans doute davantage influencé ma carrière sur le plan financier mais aussi d’un point de vue chronologique, a expliqué Jimmy Takter. Il m’a permis de grimper un échelon. Je l’ai drivé sur l’ensemble de sa carrière, en Europe et en Amérique. Johan Dieden était aussi un partenaire très important, qui m’a mis le pied à l’étrier. Mr Lavec a terminé deuxième de Victory Dream dans le Hambletonian en 1994. peut-être que le lauréat était le meilleur mais à la décharge de mon cheval, il avait souvent des allergies en plein été. Il a d’ailleurs été battu aussi à cette époque de l’année dans le Derby en Suède, l’année suivante (par Good As Gold, ndlr). C’était un chic cheval, sinon. Je lui dois beaucoup. »
Moni Maker a remporté les Hambletonian Oaks avant de rejoindre l’écurie de Jimmy Takter, l’année suivante, et de s’imposer plus tard dans le Prix d’Amérique et l’Elitloppet, mais rater le grand chelem européen en devant se contenter de la deuxième place dans la Loterie de Naples (deuxième de Wesgate Crown -un ancien adversaire de Mr Lavec aux USA- en 1997.
Mr Lavec, qui a 25 ans et a ainsi survécu à sa glorieuse cadette, a passé toute sa carrière d’étalon au Canada, à Tara Hill Farm dans l’Ontario, chez David Heffering, auquel il a aussi beaucoup apporté : « Il a été notre premier champion. Il a du sang français (sa quatrième mère est une fille de Kairos, par The Great McKinney et la grande Uranie), ce qui le distinguait de la plupart des étalons disponibles alors. Il n’a pas produit de gagnant du Hambletonian mais l’Ontario correspondait assez bien car nous avions un riche programme de Sires Stakes dans la province. Son carnet est resté plein pendant une quinzaine d’années et ses produits ont pris plus de 40 millions de dollars en course. »
Moni Maker est morte en 2014 après avoir produit pour sa part 10 poulains dont un dernier, le 2ans International Moni, par l’étalon Love You, qui sera peut-être le meilleur de sa progéniture directe.