MISSION BRIEF FACE AUX MÂLES DANS LE HAMBO

Dimanche 26 juillet 2015, Vernon Downs (New York). – La route a pu sembler longue, et surtout incertaine, mais Mission Brief semble revenue dans les meilleures dispositions. Suite à la victoire de la pouliche en 1’9’’5, dimanche à Vernon Downs dans le Zweig Memorial réservé aux femelles de 3ans, son entraîneur Ron Burke a décidé de l’engager contre les mâles le samedi 8 août au départ du Hambletonian, une épreuve remportée par une femelle pour la dernière fois en 1996 (Continentalvictory)…
Grande championne des 2ans l’an dernier, Mission Brief s’est montrée fautive à plusieurs reprises cette année, notamment au cours de ses requalifications, mais elle a montré un meilleur visage dimanche, comme en témoigne la vidéo ci-dessous (elle est 3è ds le 1er virage) et son driver Yannick Gingras : « Elle était à 80 ou 90% la dernière fois, mais je la sens à 100%, à présent. »

Pinkman, un pensionnaire de Jimmy Takter également drivé par Yannick Gingras, a pour sa part remporté dimanche à Vernon (piste de 1.200 mètres) la division masculine du Zweig Memorial en 1’9’’6, sa sixième victoire en sept sorties cette saison. Il fait figure de favori pour le Hambletonian, aujourd’hui.

La 8 août à Meadowlands, s’il y a plus de treize concurrents engagés dans le Hambletonian, deux batteries seront organisées avant une finale, comme dans l’Elitloppet. S’ils sont treize ou moins, en revanche, ils courront en une seule fois. « Ça ne dérange pas la jument, a estimé Ron Burke. Elle est très athlétique et peut faire deux heats en une après-midi. Nous avons choisi le Hambletonian plutôt que les Oaks parce que si elle gagne, ça change notre vie à tous, et c’est très bon pour le sport. Dans les Oaks, elle serait à égalité pour gagner 500.000$, mais ça ne changerait pas notre vie ».
Si deux batteries étaient organisées, Yannick Gingras devrait attendre leur déroulement pour choisir son partenaire dans la finale. Le Québécois n’a pas fini de se gratter la tête…

Sueurs froides à Meadowlands

Samedi 30 mai, Eats Rutherford (New Jersey). – La championne des 2ans de 2014, Mission Brief, a donné des sueurs froides à ses partisnas, samedi soir à Meadowlands pour sa 2e sortie de l’année à 3 ans. Avec le 10 en dehors, et un premier virage un peu délicat en dehors, la pensionnaire de Ron Burke, piloté par Yannick Gingras, a pu ensuite mener sa division des New Jersey Sires Stakes à sa guise sur des fractions plutôt faciles, pour une détentrice de plusieurs records du monde : 11’’6, 13’’6, 11’’6. C’est alors, cependant, que dans le tournant final est sorti Tim Tetrick, au sulky de l’outsider Model Behavior. Pas de réaction de la championne ! Pour entrer dans la dernière ligne droite, il a même semblé que Tetrick prenait un minime avantage sur la favorite. Cette dernière, cependant, s’est relancée pour boucler les derniers 400m sur le pied de 1’8’’6 et gagner d’une tête, mais sûrement, en 1’11’’2.

Mission Brief (Yannick Gingras) a semblé un instant dépassée, samedi soir.
Mission Brief (Yannick Gingras) a semblé un instant dépassée, samedi soir.

Pas très agité, en tout cas certainement moins que les fans de sa partenaire, Yannick Gingras a reconnu tout de même avoir fait un peu d’huile : « On ne pouvait pas aller plus vite dans le virage, a-t-il ainsi reconnu dans Harness Racing Update. C’était pas la grande Mission Brief. Mais on a le temps. Il faut travailler un peu. Elle n’est pas à 100%, c’est évident. Mais elle a beaucoup mûri, depuis l’an dernier. Je peux la mettre à peu près partout dans un parcours, à présent. Il faut juste qu’elle se détende et qu’elle soit dans ses allures, qu’elle soit carrée. C’est le truc le plus important.»

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE DU HARNESS RACING UPDATE SUR LA SOIRÉE A MEADOWLANDS

Chez les mâles, dans la division masculine des New Jersey Sires Stakes, Gingras a eu beaucoup moins de difficulté à s’imposer avec Canepa Hanover devant le favori et son compagnon d’écurie chez Jimmy Takter, French Laundry.

Vite en tête, il a laissé son rival, bon finisseur, à trois longueurs et demi. Il a fait afficher des fractions impressionnantes pour boucler son mile sur le pied de 1’9’’1 : 9’’6, 10’’1, 8’’6 et 7’’6. Acheté yearling 300.000$, le gagnant, un ½ frère du champion de l’année 2006 Glidemaster, a peu fait parler de lui à 2 ans, en gagnant une fois en six sorties. Ça pourrait changer cette année, à dix semaines du Hambletonian…

Autour de Father Patrick l'an dernier, et de gauche à droite, on reconnait  Jimmy Takter et son épouse Christina, Ronald Dancer et le copropriétaite Marvin Katz.
Autour de Father Patrick l’an dernier, et de gauche à droite, on reconnait Jimmy Takter et son épouse Christina, Ronald Dancer et le copropriétaite Marvin Katz.

Copropriétaire du gagnant et du deuxième, mais aussi du grand héros de la soirée, l’ambleur Artspeak, Martin Katz a expliqué : « Jimmy Takter l’a toujours beaucoup estimé mais le poulain avait besoin de temps. Il l’a arrêté de bonne heure et l’a repris en fin de saison. Cet hiver, il n’avait pas assez de mots pour dire ce qu’il en pensait, et il a dit qu’il le driverait en priorité, comme Trixton (gagnant du Hambletonian 2014) l’année dernière. Il a dit qu’il allait suivre le ’Programme Trixton’. Il veut le protéger. »

Parti à Stockholm pour assister à la prestation de Maven dans l’Elitloppet, Jimmy Takter avait donc fait exception à la règle. Fait rigolo : dans les deux courses de trotteurs, les vainqueurs étaient issus de Muscle Hill, et les seconds de son père, Muscles Yankee.

Replays vidéo sur ce lien (COURSES 4 ET 11)  :
http://www.thebigm.com/video.aspx?id=252

Uncle Lasse, la nouvelle star US

Vous connaissiez Papa Pat, Nuncio et Shake It Cerry, vous allez voir Maven dimanche à Solvalla, vous attendiez Pinkman chez les 3ans US cette année, découvrez la nouvelle star de Jimmy Takter : Uncle Lasse… Il trotte 1’9 »5 malgré la perte de deux fers côté droit, et un 1er virage en 3e épaisseur sur une piste de mille mètres (mort certaine en temps normal), et c’est le propre frère de Shake It Cerry et de Solvato. Perfect Mix !
Pour lire la vidéo, suivez ce lien ci-dessous, puis cliquez sur le pavé ci-contre.
Capture d’écran 2015-05-30 à 10.34.44
Ensuite, successivement sur « Replays », la date du 29, puis la course 1…
http://www.meadowsgaming.com/racing
http://www.drf.com/news/meadows-uncle-lasse-sets-track-record-pass

Le journal de Romain Porée aux États-Unis

Chaque jour, le driver amateur Romain Porée,
qui participe au championnat amical qui oppose une équipe de pilotes français à leurs homologues américains,
nous livre ses impressions…

Jour 4. « Meadowlands ? Quel hippodrome ! »

11164204_10205511458960165_1226530952_n

Vendredi, pour notre dernière journée de compétition, nous avons eu la chance de vivre un moment exceptionnel. Meadowlands est aux Américains ce que Vincennes est aux Français. On a eu le droit à une visite privée des infrastructures. C’est énorme ! Les parieurs (présents très tôt dans l’après-midi pour suivre les simulcastings avec Aqueduct, Santa Anita puis Yonkers le soir) animaient l’intérieur d’une tribune inaugurée fin 2013 où tout est mis en œuvre pour bien les accueillir… Continuer la lecture de « Le journal de Romain Porée aux États-Unis »

Top interview des amateurs français par Yannick-Alain Briand

https://youtu.be/CyftDh5YMmM

Hilarante interview de groupe… Et pour cause : l’entraîneur-driver français Yannick-Alain Briand s’improvise intervieweur et interroge les cinq amateurs français après leur prestation sans succès du mardi 21 avril 2015, pour leurs premiers pas en course aux États-Unis, sur l’hippodrome de Yonkers-New York.

Mardi 21/4 : Les Français s’invitent pour de bon à Yonkers

Mardi 21 avril 2015, Yonkers (New York). – Cette réunion Premium à Yonkers-NewYork n’est à nulle autre pareille car, pour la première fois, des drivers français se sont mêlés aux pelotons de ces courses au trot disputées sur 2.011 mètres. Yannick-Alain Briand, champion des entraîneurs français et recordman du nombre de victoires en 2014, prend part à la 8e course tandis que la dernière des cinq épreuves de cette soirée à destination de la France mettra aux prises des drivers amateurs français et leurs homologues américains. Ça promet ! Continuer la lecture de « Mardi 21/4 : Les Français s’invitent pour de bon à Yonkers »

L’équipe de France à Yonkers

C’est confirmé ! Mardi à Yonkers-New York, Yannick-Alain Briand sera au départ de la 8e course, en direct sur Equidia…

Posted by Yonkers France on jeudi 16 avril 2015

Interview : Tetrick au pied levé à Yonkers

Tim Tetrick a accompli tant de choses en si peu de temps qu’il est facile d’oublier qu’il a seulement 32 ans.
Natif de l’Illinois, il faut déjà partie des drivers ayant amassé le plus de gains aux États-Unis, avec 141 millions de dollars pris en course. Il compte aussi plus de 8 000 victoires, un cap qu’il a atteint plus jeune que tous ses prédécesseurs, comme tous caps de mille qui ont précédé. En 2007, il a porté le record du nombre de victoires en une saison à 1 189.
Tim Tetrick a notamment remporté le Hambletonian, 14 titres à la Breeders Crown, quatre Championnats des ambleurs à Meadowlands et mené tous les classements de drivers de 2007 à 2013.
Le champion a grandi dans une famille de courses, appris le métier auprès de son père, Tom D. Tetrick, et de sa mère, Mary Alice. Son père a remporté plus de 1 250 courses comme driveur et 550 en tant qu’entraîneur.
Tim Tetrick a accompli tout cela tout en souffrant d’une maladie dégénérative de la hanche. Il porte une prothèse de la hanche droite depuis 2008 et de la hanche gauche depuis deux ans, ce qui lui a valu le surnom de « driver bionique ».
Tim Tetrick fait aujourd’hui partie des drivers principaux de Meadowlands mais il fait quelques incursions sur d’autres hippodromes en dehors du Grand Circuit estival. C’est ainsi qu’il sera mardi soir au départ de trois des courses au trot retransmises de Yonkers-New York en France.
De retour d’Australie, où il a pris la troisième place derrière le kiwi Dexter Dunn et le Français Tony Le Beller, il a accepté de répondre à quelques questions pour le public de Yonkers-New York… (Traduction partielle d’un article de Ken Weingartner, Harness Racing Communications, USTA)

  • Comment supportez-vous le retour aux Etats-Unis après ce Championnat du Monde des drivers en Australie, dont vous avez fini 3e ?
  • Le vol était un peu long et je suis tombé malade un jour ou deux après mon retour mais ça va mieux (NB : il a gagné lundi soir la seule course qu’il disputait à Yonkers-New York).
  • Vous courez mardi soir dans les courses au trot sur 2.000 mètres à Yonkers mais ce n’est pas précisément pour ces courses que vous êtes venu…
  • Non, je drive des ambleurs dans une série de courses et je devais venir de toute façon, donc je me suis laissé tenter.
  • Que pensez-vous de ces nouvelles courses au trot plus longues que celles auxquelles vous êtes habitués aux USA ?
  • Je pense que c’est super, c’est bon pour notre sport et ça maintient des chevaux en activité. Sur 1.609 mètres, on ne peut pas mettre des chevaux en deuxième ligne derrière l’autostart mais de plus longues distances donnent davantage de chances aux chevaux du deuxième rang et c’est une bonne chose.
  • Avez-vous regardé un peu ce que ça donne depuis que l’on a commencé ces courses à Yonkers-New York, en novembre ?
  • J’ai jeté un coup d’oeil, oui, pour voir un peu comment les drivers abordaient le problème et comment ils se comportaient dans ces conditions. J’ai vu aussi que les chevaux prenaient ça bien et que les enjeux décollaient !
  • En Australie pendant le Championnat du Monde, vous avez pu disputer quelques courses sur des distances comparables. Avez-vous appris quelque chose là-bas qui pourrait vous servir mardi?
  • C’est toujours le même truc, nous voulons tous gagner la course ! C’est vrai qu’on essaye de faire attention au départ quand on est parti pour plus de 2.000 mètres mais on a toujours tendance à être offensif, parce qu’il faut maîtriser sa course. Il faut juste trouver la bonne position pour pouvoir gagner !

Un Who’s Who des hippodromes US

Dans les colonnes des performances américaines, les abréviations utilisées pour désigner les hippodromes peuvent laisser perplexe le parieur français. Non seulement ces hippodromes nous sont inconnus, pour la plupart, mais déduire leur nom peut aussi demander pas mal d’efforts. Voici donc un petit index qui vous aidera à mieux vous y retrouver. Il regroupe tous les hippodromes cités dans les performances des partants de la réunion du 8 mars à Yonkers-NewYork, et classés dans l’ordre alphabétique des abrégés.

Sachez d’abord que les chiffres suivant immédiatement l’abréviation permettent de connaître la longueur de la piste. Lorsqu’il n’y en a pas, comme pour Yonkers-New York (YR en abrégé), c’est que la piste en question fait 800 mètres, ou la moitié d’un mile. 5/8e signifie environ mille mètres, 7/8e un anneau de 1.400 mètres. Le seul chiffre 1, comme pour M1 pour Meadowlands, évoque une piste de 1.609 mètres, soit un mile.

DD5/8 – Dover Downs (Delaware, USA)

Fhld – Freehold (New Jersey, USA)

FlmD – Flamboro Downs (Ontario, Canada)

HoP7/8 – Hoosier Park (Indiana, USA)

Lon – Western fair (Ontario, Canada)

M1 – Meadowlands (New Jersey, USA)

Mea5/8 – The Meadows (Pennsylvanie, USA)

MR – Monticello Raceway (New York, USA)

PcD5/8 – Pocono Downs (Pennsylvanie, USA)

Phi5/8 – Harrah’s Philadelphia (ex-Chester, Pennsylvanie, USA)

PPk5/8 – Pompano park (Floride, USA)

Stga – Saratoga (New York, USA)

Wdb7/8 – Woodbine (Ontario, Canada)

YR – Yonkers Raceway (New York, USA)

Pour en savoir plus, cliquez sur le lien suivant :
http://www.yonkers-france.com/mode-demploi-lire-les-perfs-us/

 

US: Faute à l’arrivée, à moitié pardonnée

Brickyard Classic, en dehors, est tout juste remis au passage du poteau mais il est bien dans la même longueur que le 4 Vegas Deo et le 2 Emerald Bling, tous deux côté corde. Il sera donc placé derrière eux.
Brickyard Classic, en dehors, est tout juste remis au passage du poteau mais il est bien dans la même longueur que le 4 Vegas Deo et le 2 Emerald Bling, tous deux côté corde. Il sera donc placé derrière eux.

Pourquoi Brickyard Classic, fautif dans la 9e mardi dernier à Yonkers Classic alors qu’il luttait pour la victoire avec Perfect Twenty One, a-t-il été placé cinquième, et non disqualifié.
Les commissaires de la commission newyorkaise des courses expliquent : « Lorsqu’un cheval se met au galop, il doit être ralenti jusqu’à être être remis au trot par son driver, mais s’il passe le poteau dans la même longueur qu’un ou plusieurs adversaires, il est systématiquement placé derrière eux. Ici, Brickyard Classic a passé la ligne d’arrivée à la 3e place, dans la même longueur que les chevaux arrivés 2e, 4e et 5e, et il a donc été placé derrière eux. S’il avait été remis tout en gardant plus d’une longueur d’avance, il aurait pu conserver sa 3e place. »