Les vidéos de la réunion du Hambletonian 2017

La Finale du Hambletonian remportée sur le tapis vert par Perfect Spirit, après rétrogradation de What the Hill, qui avait gagné à la lutte

International Moni repousse toutes les attaques dans la 1ère Batterie du Hambletonian 2017

Enterprise gagne la 2ème batterie du Hambletonian 2017

Ariana G domine la Finale des Hambletonian Oaks avec un chrono de 1’9 »1

La victoire de Resolve dans le John Cashman Memorial en 1’8 »7

Pas de problème pour la 2ans Manchego dans le Jim Doherty Memorial

Le Festival Takter-Gingras commence avec le 2ans You Know You Do dans le Peter Haughton Memorial

Le trotteur français s’invite dans le Hambletonian

La 92ème édition du Hambletonian, la plus grande épreuve pour trotteurs des Etats-Unis, créée en 1926 et réservée aux seuls 3ans, se dispute samedi à Meadowlands et pour la première fois, peut-être, le fils d’un étalon français possède une réelle chance de s’imposer. Certes, un petit-fils de notre Rêve d’Udon, Market Share, s’est imposé dans cette course en 2012, mais il s’agirait là d’un pas de géant accompli pour l’élevage tricolore.
En l’absence du favori Walner, invaincu cette saison mais blessé à l’issue de sa facile victoire dans l’ultime préparatoire, c’est un fils du français Love You et de la grande championne américaine Moni Maker, nommé International Moni, qui s’élancera dans la première et la plus difficile, sur le papier, des deux batteries de qualification à la finale du Hambletonian, samedi vers 20h20 près de New York.
Sans Walner, la course est en effet beaucoup ouverte que prévu, et International Moni, qui a lui aussi été victime d’un contretemps lorsqu’il a souffert d’une crise de coliques au début du mois de juillet, vient de gagner plaisamment pour son retour. Toutefois, le pensionnaire de Frank Antonacci, qui sera confié à Scott Zeron, lauréat l’an dernier de cette même course au sulky de Marion Marauder, n’est pas tombé sur la batterie la plus facile. Il doit notamment redouter Long Tom, un pensionnaire de Marcus Melander qui a remporté quatre de ses cinq sorties cette saison, et n’a été battu qu’à Pocono Downs par Devious Man, le favori de l’autre batterie samedi. Ce jour-là, Long Tom devançait tout de même Ariana G, qui sera samedi la grande favorite des Hambletonian Oaks pour l’entraînement de Jimmy Takter –elle aurait pu affronter les mâles, en l’absence de Walner, mais son entourage a préféré laissé passer son tour pour « assurer » chez les seules pouliches.
Il y a aussi dans cette course de qualification un certain Victor Gio, fils du crack-étalon français Ready Cash qui conclut l’an dernier 2ème avec Björn Goop du Peter Haughton Memorial, le Grand Prix des 2ans dans cette même réunion. Entraîné par Jimmy Takter, il a connu des hauts et des bas ensuite mais il semble sur le bon chemin et Yannick Gingras, premier driver de l’écurie Takter, est au sulky…
S’il n’a pas a priori les toutes premières chances dans le Hambletonian, Jimmy Takter entraîne en revanche les favoris des Oaks (21h40) et des deux courses de 2ans, Manchego (Muscle Hill) dans le Jim Doherty Memorial (19h20) chez les pouliches, et You Know You Do (Muscle Hill) dans le Peter Haughton Memorial (19h) des poulains.
Autre grand rendez-vous de la soirée, le John Cashman Memorial (19h40) met aux prises les meilleurs chevaux d’âge du pays, et en particulier le gagnant du Hambo en 2016, vainqueur en outre de la Triple Couronne des trotteurs US, Marion Marauder, qui semble meilleur que jamais -il sera toutefois opposé à JL Cruze, qui revient en forme, à Resolve, malheureux ces derniers temps, Crazy Wow, irrégulier mais capable du meilleur, et Rubber Duck, un des meilleurs trotteurs d’âge à Yonkers.
Pour suivre cette soirée, rendez-vous sur Equidia Live, puisque plusieurs de ces courses sont supports de paris en France, mais aussi, pour un programme continu, sur le site de Meadowlands, thebigm.com, rubrique « live and replay video ».
Pour télécharger gratuitement le programme de la réunion, cliquer ici !
Les pronostics du Daily Racing Form
Peter Haughton Memorial-C1 : 7-5-1-4-8
Jim Doherty Memorial-C2 : 4-2-8-7
John Cashman Memorial-C3 : 7-3-8-2
Hambletonian Batterie 1-C4 : 3-5-8-7
Hambletonian Batterie 2-C5 : 9-3-5-1
Townsend Ackerman Memorial-C6 : 9-2-5-3
Hambletonian Oaks-C7 : 5-4-2-7
Finale Hambletonian-C8 : ????

Walner ne courra pas le Hambletonian

Le meilleur 3ans de la saison américaine, Walner (Chapter Seven) ne courra pas le Hambletonian, samedi 5 août à Meadowlands. Le pensionnaire de Linda Toscano, qui a remporté ses deux courses cette saison avec facilité, a été victime d’une blessure et la date de son retour en compétition n’a pas été avancée, même si l’entraîneur affirme qu’il ne s’agit pas d’une blessure grave.

Du coup, les esprits s’échauffent. Chacun s’interroge sur une possible ré-orientation d’Ariana G (Muscle Hill), la meilleure pouliche de la saison, entraînée par Jimmy Takter. Comme sa propre soeur All The Time, elle est favorite pour remporter les Hambletonian Oaks, dont les batteries de qualification ont lieu samedi. Ce serait la première fois dans l’histoire de la course que deux propres soeurs s’imposeraient dans le classique. Cependant, Jimmy Takter a hésité à l’engager contre les mâles, sur deux batteries disputées le même jour -comme dans l’Elitloppet. Le forfait du « monstre » Walner pourrait le convaincre de revoir ce plan. Peut-être… Une décision sera prise à l’issue de sa batterie samedi, a déjà répliqué son entourage.

Parallèlement, International Moni (Love You), fils de l’étalon français Love You et de la championne Moni Maker, a gagné le week-end dernier pour son retour après une crise de coliques prise à temps. Pourra-t-il devenir le premier franco-américain au palmarès du classique Hambletonian ? Le forfait de Walner, pour malheureux qu’il puisse être, favorise ses chances. Mais il y a quand-même d’autres os à briser, en particulier Long Tom (Muscle Hille) et Devious Man (Muscle Hill), les dauphins de Walner à ce jour.

Dans un autre registre, en vue de l’International Trot qui se déroulera cette année samedi 14 octobre à Yonkers, avec toujours un million de dollars d’allocations, Jerry Riordan, entraîneur américain longtemps installé en Italie et désormais en Suède, a accepté l’invitation faite à son pensionnaire Twister Bi (Varenne). Le gagnant du Grand Prix d’Oslo (il portait pour la première fois des bouchons dans les oreilles) devant Lionel et Aubrion du Gers, puis du Ulf Thoresen Grand International à Jarlsberg, sur 2.100 mètres, en laissant Lionel et Oasis Bi à plus de six longueurs, vient de terminer 3ème dernièrement de Propulsion dans le Hugo Abergs Memorial à Jägersro.

Walner et Marion au top, Moni malade

Gagnant du Hambletonian et de la Triple Couronne l’an dernier, Marion Marauder (Muscle Hill) a gagné avec assurance la finale d’une série de courses réservées aux 4ans, samedi soir à Meadowlands. Associé comme toujours à Scott Zeron, il s’élançait tout en dehors de l’autostart avec le N°9, sur le parcours habituel de 1.609 mètres, et n’a pas eu un bon parcours, parqué en deuxième épaisseur le nez au vent d’un bout à l’autre. Il a néanmoins réussi à s’imposer de près dune longueur, avec autorité, pour afficher le meilleur chrono de sa carrière en 1’9’’2. C’était sa troisième sortie de l’année.

C’est également samedi à Meadowlands que le favori du Hambletonian Walner (Chapter Seven) a fait sa rentrée après plusieurs séances de qualifications sur cette même piste. À cette occasion, le crack de Linda Toscano a battu ses faibles adversaires par sept longueurs et demi avec un chrono de 1’9’’1, qui égale le meilleur temps réalisé par un 3ans cette année, la pouliche Ariana G.

Le surdoué a inspiré son driver Tim Tetrick : « J’ai l’impression de piloter une Corvette avec un moteur d’avion. »

En revanche, un de ses principaux rivaux, International Moni (Love You) n’a pas couru comme prévu en raison d’une crise de coliques. Prise à temps, elle n’a pas nécessité d’opération et l’entraîneur du fils de la championne Moni Maker, Frank Antonacci, pense le poulain toujours prêt pour une sortie le week-end prochain à Meadowlands, dans le Stanley Dancer Memorial, avant les batteries du Hambletonian…

YONKERS TROT : MARION MARAUDER CONFIRME DE JUSTESSE

3 Septembre 2016, Yonkers (New York). – Vainqueur du Hambletonian le 6 août dernier à Meadowlands (Muscle Hill), le 3ans Marion Marauder a remporté samedi soir à Yonkers la deuxième manche la Triple Couronne américaine des trotteurs, le Yonkers Trot. En l’absence de ses principaux challengers, le pensionnaire de Paul Wellwood partait favori à 1,20 mais il a du batailler jusqu’au bout pour résister à Smalltownthrowdown, qui l’avait suivi depuis le début et lui a donné une belle réplique en empruntant pour finir l’open stretch à l’intérieur de la piste, et finalement concéder la victoire d’une tête. Animateur de la course avec Scott Zeron au sulky, Marion Marauder a bouclé les deux tours de piste de ce mile sur le pied de 1’12’’2, avec un dernier quart de mile (comprenant un virage et la dernière ligne droite) sur le pied de 1’10’’6.

Après le Hambo, Marion Marauder avait subi à Pocono Downs la revanche de Southwind Frank, qu’il avait devancé de peu à Meadowlands et qui était absent samedi. Il avait aussi remporté la course de qualification pour cette finale du Yonkers Trot dans un temps de 1’12’’6 et à l’issue d’un parcours identique, devant le même rival.

À l’issue de la course, Paula Wellwood, l’entraîneur du poulain, a indiqué que les chances de le voir tenter sa chance dans la dernière manche de la Triple Couronne, le Kentucky Futurity disputé sur le Red Mile de Lexington le 9 octobre, étaient minces : « Il faut le supplémenter et comme il lui faudra probablement disputer deux batteries dans la journée à une semaine des éliminatoires de la Breeders’Crown, je ne suis pas très tentée. Au final, c’est le cheval qui nous dira ce qu’il en pense… » Automatiquement invité dans l’International Trot, le 15 octobre face aux chevaux d’âge et aux européens sur la distance de 2.011 mètres à Yonkers, il n’ira probablement pas relever ce défi, selon son copropriétaire Mike Keeling, qui relève la concurrence des aînés et le timing chargé de cette fin de saison pour motiver ses intentions.

En attendant, avec désormais près d’un million d’euros remportés cette saison, Marion Marauder doit aller se qualifier le week-end prochain à Mohawk pour la finale du Canadian Trotting Classic.

Jimmy Takter : Mr Lavec a été le déclic de ma carrière américaine

Foto: Martin Langels ALN Pressbild AB Solvalla 20140525
Foto: Martin Langels ALN Pressbild AB Solvalla 20140525

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire hippique Harness Racing Update, l’entraîneur suédois Jimmy Takter, parmi les meilleurs aux États-Unis, a déclaré que contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est Mr Lavec et non Moni Maker qui a eu le plus d’influence sur sa carrière outre-Atlantique. Deuxième du Hambletonian 1993 et du Derby suédois l’année suivante, Mr Lavec appartenait en partie au professionnel scandinave, associé à Johan Dieden (dont les élèves portent la marque « Lavec ») et il a fait l’ensemble de sa carrière avec lui, tandis que Moni Maker, qui a remporté 5 fois plus de gains au cours d’une carrière internationale, a rejoint ses effectifs en fin d’année de 4 ans.
« Mr Lavec a sans doute davantage influencé ma carrière sur le plan financier mais aussi d’un point de vue chronologique, a expliqué Jimmy Takter. Il m’a permis de grimper un échelon. Je l’ai drivé sur l’ensemble de sa carrière, en Europe et en Amérique. Johan Dieden était aussi un partenaire très important, qui m’a mis le pied à l’étrier. Mr Lavec a terminé deuxième de Victory Dream dans le Hambletonian en 1994. peut-être que le lauréat était le meilleur mais à la décharge de mon cheval, il avait souvent des allergies en plein été. Il a d’ailleurs été battu aussi à cette époque de l’année dans le Derby en Suède, l’année suivante (par Good As Gold, ndlr). C’était un chic cheval, sinon. Je lui dois beaucoup. »
Moni Maker a remporté les Hambletonian Oaks avant de rejoindre l’écurie de Jimmy Takter, l’année suivante, et de s’imposer plus tard dans le Prix d’Amérique et l’Elitloppet, mais rater le grand chelem européen en devant se contenter de la deuxième place dans la Loterie de Naples (deuxième de Wesgate Crown -un ancien adversaire de Mr Lavec aux USA- en 1997.
Mr Lavec, qui a 25 ans et a ainsi survécu à sa glorieuse cadette, a passé toute sa carrière d’étalon au Canada, à Tara Hill Farm dans l’Ontario, chez David Heffering, auquel il a aussi beaucoup apporté : « Il a été notre premier champion. Il a du sang français (sa quatrième mère est une fille de Kairos, par The Great McKinney et la grande Uranie), ce qui le distinguait de la plupart des étalons disponibles alors. Il n’a pas produit de gagnant du Hambletonian mais l’Ontario correspondait assez bien car nous avions un riche programme de Sires Stakes dans la province. Son carnet est resté plein pendant une quinzaine d’années et ses produits ont pris plus de 40 millions de dollars en course. »
Moni Maker est morte en 2014 après avoir produit pour sa part 10 poulains dont un dernier, le 2ans International Moni, par l’étalon Love You, qui sera peut-être le meilleur de sa progéniture directe.

MARION MARAUDER SACRÉ SOUS LE SIGNE DE SON PÈRE, MUSCLE HILL

Samedi 6 août 2016, Meadowlands (New Jersey, USA). – Marion Marauder a remporté la 91ème édition du Hambletonian, samedi à Meadowlands, pour le Canada et un des plus jeunes drivers au palmarès de la course, Scott Zeron. Il a fallu la photo pour déclarer le vainqueur de la finale, car Southwind Frank a vendu très chèrement sa peau, le long de la corde après avoir patienté dans le dos de l’animateur Bar Hopping. Il a même semblé prendre le meilleur à quelques mètres du but mais Marion Marauder est revenu prendre un nez sur le fil, et par la même occasion le leadership sur la promotion, tout ça malgré un parcours pas forcément économe : Bar Hopping avait pris la tête à Southwind Frank avec Tim Tetrick à bord, tentant ainsi de reproduire sa batterie dominatrice. Marion Marauder a dû se rapprocher en dehors, nez au vent, à partir de la ligne d’en face, un peu comme Victor Gio dans le Peter Haughton. Et il a maintenu son effort jusqu’au bout pour gagner en 1’9’’5, malgré le bon finish de son adversaire et celui du 3ème Sutton, bien parti mais pris par le jeu des relais ensuite. « Je savais qu’il allait se battre mais il fallait le lui demander, a expliqué Scott Zeron à propos de ce moment de doute. Il pense que le boulot est terminé quand il passe un adversaire, et je me suis beaucoup inquiété de ça pour finir. »

Scott Zeron est ainsi devenu, dès sa première participation à la course, un des plus jeunes drivers au palmarès, au sulky d’un partenaire avec lequel il a déjà participé au grand circuit US l’an dernier, et terminé deuxième de la Breeders’Crown remportée par… Southwind Frank.

« L’année dernière, il avait des manies étranges, se rappelle Scott Zeron. Il ne fallait pas qu’il voie les ailes de l’autostart. Il fallait donc que je me mette en retrait pour déboîter au dernier moment, lorsque la voiture accélère. C’est pour ça qu’il n’a jamais pu se retrouver en bonne position pour gagner à 2 ans. Paula Wellwood (l’entraîneur) a su gérer ce défaut et cette année, tout va bien. »

Le père de Marion Marauder, Muscle Hill, également le père de Southwind Frank, remportait là son septième succès de haut niveau de la journée avec six chevaux différents : Les deux batteries et la finale du Hambletonian, les Oaks, les deux courses de 2ans plus le John Cashman avec Resolve… Rarement, même aux USA, un étalon n’a autant dominé le sujet.

La première des deux batteries de qualification pour la finale de l’Hambletonian a été remportée sans problème par Bar Hopping pour Jimmy Takter. Drivé par Tim Tetrick, il a pris l’avantage en face et n’a plus été inquiété. Il a passé le poteau avec plus de cinq longueurs d’avance sur Milligan’s School, qui n’a pas eu le meilleur parcours, en 1’9’’5, avec les derniers 400 mètres bouclés seul sur le pied de 1’9’’1… La seconde batterie n’a pas été moins animée grâce à Southwind Frank, qui a pris la tête au début sur le pied de 1’6’’ et fractions, mené en face et jusqu’à l’entrée de la ligne droite, pour finalement plafonner à la fin et se faire battre par Marion Marauder, drivé patiemment par Scott Zeron. Il s’en est même fallu de peu que le leader de la promotion ne perde la deuxième place au bénéfice de Waitlifter K, un poulain arrivé très tard au top niveau de cette génération cette saison.

Au départ de la finale, après attribution des places derrière l’autostart, Bar Hopping, avec le N°3, devenait favori de la grande course à 3,50 devant Marion Marauder à 4,00 et Southwind Frank à 5,00.

Oaks : All the Time, le lapin Duracell

Jimmy Takter, qui espérait remporter un troisième Hambletonian consécutif, n’a pas vécu une de ses plus grandes éditions. Il a dû se consoler avec les pouliches, Ariana G chez les 2ans, et surtout All The Time chez les 3ans. La lauréate des Hambletonian Oaks ne paye pas de mine, même à pleine vitesse, mais elle a un cœur plus gros qu’elle, et elle va plus loin que ses adversaires. C’est ce qu’on attend en général d’une championne. C’était, avant la course, la troisième plus riche du lot derrière Broadway Donna, la meilleure un an plus tôt dans le Jim Doherty, et la canadienne Caprice Hill, mais elle a assurément pris le dessus désormais. Inexorablement, dans une ligne droite où elle est passée de la quatrième à la première place sans sembler aller si vite, d’autant plus que les animatrices en avaient trop fait –elles sont allées plus vite que les mâles de la finale à chaque quart de mile sauf le dernier.

Yannick Gingras a joué le chrono et il a donc ramassé ses adversaires pour finir. All the Time partait avec le 6 parce qu’elle avait terminé seulement troisième de sa batterie, une semaine plus tôt. Il semblait manquer un petit quelque chose… « Nous l’avons déferrée des antérieurs, aujourd’hui, a révélé Jimmy Takter. C’est sans doute ce qui a fait la différence. »

Les autres grandes courses de la journée

Il s’en est fallu de peu que l’étalon français Ready Cash ne remporte son premier classique américain dès la première participation de sa progéniture. Dans le Peter Haughton Memorial, le grand prix des 2ans de la journée du Hambletonian, l’italien Victor Gio, piloté par Björn Goop, a dû attaquer en face, lorsqu’il s’est retrouvé le nez au vent à trois longueurs de l’animateur Snowstorm Hanover, et il a mené sa tâche à bien pour aborder la dernière ligne droite. Longtemps alors, il a semblé contrôler la course car à sa hanche, son compagnon d’entraînement Rubio, qui l’avait suivi dans sa progression, plafonnait manifestement. On avait oublié What The Hill, l’atout de Ron Burke, qui avait couru dans le sillage des leaders côté corde et s’est présenté en pleine forme dans la phase finale. Pour son driver David Miller, il fallait seulement trouver le bon chemin. Il a réussi à s’infiltrer entre les deux Takter et a dominé sûrement pour finir avec un chrono de 11’’3.

Evidemment, perdre d’aussi peu une course de ce niveau avec un produit à moitié français, c’est une cruelle désillusion mais une chose demeure : ce Victor Gio sort de l’ordinaire et il pourra sans doute encore faire parler de lui, cette année et peut-être l’année prochaine !

Chez les pouliches de 2 ans, Ariana G, la grande favorite du Jim Doharty Memorial, a dominé nettement après avoir laissé les animatrices s’expliquer et elle a fondu sur sa rivale Chezatter dans les derniers cinquante mètres. Chacune des courses de 2ans du Hambo Day est dotée de 270.000€.

Ron Burke menait 2-0 sur le team Takter après les succès de Hannelore Hanover, impressionnante parmi les juments d’âge du Fresh Yankee malgré la bonne attaque de la brave Shake It Cerry, et le succès d’Ariana G a ramené le Suédois dans la course avant les très gros rendez-vous de l’après-midi.

Dauphin de Nuncio à Solvalla, Resolve a dominé le John Cashman memorial (246.000€) en 1’8’’6, avec un départ-canon, une course de relais qu’il a laissée passer, et une progression continue sur les derniers 500 mètres. Ake Svanstedt a déclaré que son pensionnaire avait besoin de temps entre ses courses et qu’il était plus performant ainsi. Il a couru l’Elitloppet, puis il a fait sa rentrée un mois plus tard, avant sa dernière course à Yonkers -3ème d’un handicap avec le 7 au départ, à seulement deux semaines de cette nouvelle victoire.

LE GRAND JOUR DU HAMBLETONIAN EST ARRIVÉ !

Samedi 6 août 2016, Meadowlands (New Jersey, USA). – Le grand jour des courses US est arrivé. Ce n’est pas l’empressement du Kentucky Derby, qui fait figure de jour férié dans la ville natale du « champ’ » Mohammed Ali. On voit la skyline de Manhattan au loin, au cœur d’une zone commerciale dont le stade MetLife, face aux tribunes, accueillit récemment la finale de la Copa America et un an plus tôt le Super Bowl. « On a aussi eu le Real de Madrid il y a deux jours, c’était dingue », avoue le taxi local après avoir noté qu’il « faisait bon », alors qu’on affiche déjà 30° et qu’il fait très lourd. « Un temps de printemps, c’est plutôt doux », confirme-t-il. Continuer la lecture de « LE GRAND JOUR DU HAMBLETONIAN EST ARRIVÉ ! »

DÉTOUR À YONKERS EN ATTENDANT LE HAMBLETONIAN

Mardi 2 août 2016, Yonkers (New York). – Le trotting américain s’apprête à vivre sa réunion la plus fameuse de l’année, dominée par les deux batteries et la finale du Hambletonian, doté d’un million de dollars. Le grand rendez-vous des 3ans est notamment soutenu par la version féminine (les Hambletonian Oaks, dotées de 500.000$), les courses de 2ans et celles qui sont ouvertes aux chevaux d’âge. Le tout sera proposé aux parieurs français et retransmis sur Equidia, samedi prochain dans la soirée, mais dès mardi, nous pouvons nous remettre dans le bain américain avec une séance à Yonkers, dans des lots certes moins relevés mais avec des acteurs maintenant bien connus… Continuer la lecture de « DÉTOUR À YONKERS EN ATTENDANT LE HAMBLETONIAN »