Le trotteur français Up and Quick bien placé pour un dernier tour de piste à Yonkers

Up and Quick tentera samedi soir à Yonkers, près de New York, de devenir le premier trotteur français au palmarès de l’International Trot depuis 1990 et la victoire de Rêve d’Udon sur cette même piste. Après un hiatus de dix-neuf ans, les dirigeants de l’hippodrome américain, la famille Rooney et en particulier le patriarche Tim, et le syndicat des propriétaires de l’état, qui négocie la distribution des allocations sur cette juridiction, ont tenté de relancer la course qui fit rêver des générations d’Européens à sa création en 1959 à Roosevelt Raceway et trois décennies ensuite.

Depuis le début de cette nouvelle histoire, trois trotteurs se sont imposés dans la course dotée d’un million de dollars et disputée mi-octobre sur la distance de 2 011 mètres, ou plutôt un mile et un quart : le norvégien Papagayo E, le suédois Resolve, entraîné aux USA par le Scandinave Ake Svanstedt, et l’italien Twister Bi, entraîné par l’Américain Jerry Riordan en Scandinavie.

Les Français ont tenté leur chance avec Timoko, splendide deuxième la première année, puis avec Dreammoko, retenu cette fois en Europe par une trachée sale alors qu’il devait représenter le Pays-Bas, et à présent Up And Quick.

La grille de départ du #InternationalTrot 2018

Depuis l’an dernier, cependant, deux faits nouveaux se sont produits qui mettent en doute la capacité de Yonkers à organiser une quatrième édition de la course en 2019. L’hippodrome et le casino qui permet d’assurer son financement ont été vendus à la société MGM, qui n’a cure des courses et de la promotion hippique. En vrai sportsman, passionné de football américain et de courses -il a une écurie de pur-sang dans le pays d’origine de sa famille, l’Irlande-, Tim Rooney avait voulu organiser la renaissance de cet International Trot en y allouant un million de dollars. Mais la course n’a pas encore trouvé sa place dans les calendriers et le trot ne remue plus les foules, ni aux États-Unis, ni en Europe. Les arguments pour convaincre MGM de continuer l’aventure sont faibles.

Ensuite, la collaboration entre le Cheval Français et Yonkers qui avait abouti à la création d’un programme Premium retransmis en France depuis trois ans pourrait arriver à son terme. Quelques mois à peine après l’achat de 22 trotteurs français pour un investissement total de 440 000 € par des propriétaires américains, le PMU annonce le retrait de plusieurs centaines de courses étrangères du programme Premium et le Cheval Français devrait choisir de couper les ponts avec Yonkers dans le cadre d’un effort de concentration sur l’offre nationale. Devant cette fin de non-recevoir, MGM serait plus échaudé que jamais pour conclure des accords transatlantiques avec la France à l’avenir.

Il est probable qu’au fond, ni l’une ni l’autre des deux organisations n’attache beaucoup d’importance à ces relations. Les enjeux ne sont pas assez significatifs et la génération de ceux qui voyaient dans les échanges franco-américains la clé d’un avenir meilleur perd de son influence.

La France et l’Amérique ont plus que jamais en commun de ne considérer un avenir que dans le périmètre de leurs frontières. On verra ce à quoi mènera cette attitude mais les expériences précédentes n’ont pas bien tourné.

L’isolement, c’est la faiblesse.

Up and Quick pourrait-il néanmoins quitter la scène sur une victoire ? ce qui sera peut-être le dernier International trot sera sans doute aussi son dernier tour de piste. L’élève de Philippe Delon a 10 ans. Il a gagné son prix d’Amérique il y a trois ans et a connu bien des avatars depuis. Il retrouve la forme, cette année, en particulier sur les anneaux de vitesse européens, mais les conditions dans lesquelles se déroule l’International Trot sont très particulières. « La piste ne lui posera pas de problème, a toutefois expliqué Philippe Delon à propos du pensionnaire d’Antoine Lhérété. À main gauche, il peut tourner dans une assiette. Ce qui me tracasse davantage, c’est le fait de ne pouvoir passer les journées dehors. Chez lui, là où il fait la monte et où il réside à l’année désormais, il passe ses journées au paddock. Il fait de la piscine et ne rentre au box que pour y passer la nuit. C’est une toute autre routine que celle qu’il a découverte à Yonkers, dans son barn de quarantaine. »

La bonne nouvelle, c’est qu’Up And Quick a tiré le N°2 derrière l’autostart, entre le canadien Marion Marauder, qui ne démarre pas très vite, et la championne américaine Ariana G, qui sera sans doute l’autre favorite de la course. Le français sera piloté par le driver N°1 de Yonkers, Jason Bartlett, et Philippe Delon, là encore, n’est pas inquiet par cette première rencontre entre un pilote et son cheval : « Up and Quick est très facile et il a souvent changé de driver au fil de sa carrière. Nous avions prévu Yannick Gingras, le champion québécois, qui est le meilleur aux USA, mais il a finalement été retenu par Jimmy Takter, avec qui il travaille toute l’année, pour Ariana G. Nous avons choisi le meilleur driver de Yonkers pour lui donner tort ! » Ariana G a gagné cinq courses cette saison et vient de battre les mâles à Dayton après avoir gagné le Hambletonian Maturity le jour du Hambletonian.

Lauréat de la dernière Elitloppet, l’italien Ringostarr Treb a hérité pour sa part du N°4 avec Wim Paal au sulky et l’entraîneur tenant du titre, Jerry Riordan, pour préparer tout ça. « Les quatre chevaux de la corde sont les mieux placés et je vais pouvoir choisir un peu mon rythme », a analysé Wim Paal en apprenant le tirage des places à l’autostart. Autre trotteur bien connu des Européens, et même des Français pour avoir fait sensation à Vincennes, le norvégien Lionel sera en 2ème ligne à la corde avec le 9 et son propriétaire Goran Antonsen au sulky.

La course est programmée samedi soir à 21h40 au sein d’une mini-réunion de quatre courses entre 21h10 et 22h10. On verra notamment dans la course par invitations de 21h10 la prestation de Homicide Hunter, qui vient d’établir un nouveau record de vitesse outre-Atlantique avec un chrono de 1’7 »6 réalisé au Red Mile, dans le Kentucky, le tombeau des records !

Vous découvrirez les analyses partant par partant, les conseils de jeu et les vidéos des meilleurs sur ce site jeudi et vendredi.

-Emmanuel Roussel, en direct de New York

 

DRIVERS’CUP : LES AMÉRICAINS TIRENT (FORT) LES PREMIERS !

Dimanche 20 mars 2016, Yonkers (New York, USA). – La première édition de la Drivers’Cup a commencé dimanche dernier sur une retentissante victoire du Team America. A l’issue des deux premières épreuves, disputées sur l’hippodrome de Yonkers, près de New York, les cinq drivers emmenés par leur capitaine Jason Bartlett totalisent 85 points contre 47 pour le Team France de Pierre Vercruysse.

Les Américains ont ouvert le bal dans la première manche avec un dead-heat pour la première place entre Jordan Stratton (Lilly’s Swan Pond) et Jason Bartlett (Hasty Proffitt) ! Malheureux à la corde, Tyler Buter est tout de même parvenu à prendre la troisième place avec Headsaregonna Turn, troisième devant le premier français, Matthieu Abrivard, associé à Extracurricular.

Dans la deuxième manche, une heure plus tard, c’est à nouveau Jordan Stratton qui s’est imposé, seul cette fois, avec Cousin Eddie, qui devait pourtant démarrer en deuxième ligne derrière l’autostart. Le pensionnaire de Daniel Renaud, qui venait de s’imposer à deux reprises, a profité de sa forme pour monter de catégorie avec succès. Pierre Levesque, associé à Paris Princess N (ça ne s’invente pas !) a pris la deuxième place devant Daniel Dubé et Massive Talent, qui ont dû venir de loin dans cette course menée tambour battant.

Pas facile, de battre les Américains sur leur terrain ! Cependant, compte tenu du fait qu’ils découvraient pour la plupart ce petit anneau de 800 mètres, et des problèmes de matériel auxquels ils pouvaient être confrontés (sulkies trop courts, notamment), ils s’en sont plutôt bien sortis. Le tirage au sort, on le savait, ne leur avait pas été très favorable. C’est la raison pour laquelle il y a de bonnes raisons d’espérer une deuxième manche plus favorable, les 24 et 26 juin prochains pour le match retour à Vincennes.

Cette fois, ce sont les Américains qui seront les plus étonnés. A l’exception de Jason Bartlett, aucun d’entre eux n’a jamais mis les pieds en France, ni même évidemment visité Vincennes. Quelques vidéos pourront les aider à comprendre mais une piste de 2.000 mètres avec des dénivelés, c’est aussi exotique pour eux que le fut Yonkers pour nos compatriotes…

Nous retournons toutefois à Yonkers pour une nocturne en simultané avec Vincennes dès le mardi 5 avril…