Le trotteur français Up and Quick bien placé pour un dernier tour de piste à Yonkers

Up and Quick tentera samedi soir à Yonkers, près de New York, de devenir le premier trotteur français au palmarès de l’International Trot depuis 1990 et la victoire de Rêve d’Udon sur cette même piste. Après un hiatus de dix-neuf ans, les dirigeants de l’hippodrome américain, la famille Rooney et en particulier le patriarche Tim, et le syndicat des propriétaires de l’état, qui négocie la distribution des allocations sur cette juridiction, ont tenté de relancer la course qui fit rêver des générations d’Européens à sa création en 1959 à Roosevelt Raceway et trois décennies ensuite.

Depuis le début de cette nouvelle histoire, trois trotteurs se sont imposés dans la course dotée d’un million de dollars et disputée mi-octobre sur la distance de 2 011 mètres, ou plutôt un mile et un quart : le norvégien Papagayo E, le suédois Resolve, entraîné aux USA par le Scandinave Ake Svanstedt, et l’italien Twister Bi, entraîné par l’Américain Jerry Riordan en Scandinavie.

Les Français ont tenté leur chance avec Timoko, splendide deuxième la première année, puis avec Dreammoko, retenu cette fois en Europe par une trachée sale alors qu’il devait représenter le Pays-Bas, et à présent Up And Quick.

La grille de départ du #InternationalTrot 2018

Depuis l’an dernier, cependant, deux faits nouveaux se sont produits qui mettent en doute la capacité de Yonkers à organiser une quatrième édition de la course en 2019. L’hippodrome et le casino qui permet d’assurer son financement ont été vendus à la société MGM, qui n’a cure des courses et de la promotion hippique. En vrai sportsman, passionné de football américain et de courses -il a une écurie de pur-sang dans le pays d’origine de sa famille, l’Irlande-, Tim Rooney avait voulu organiser la renaissance de cet International Trot en y allouant un million de dollars. Mais la course n’a pas encore trouvé sa place dans les calendriers et le trot ne remue plus les foules, ni aux États-Unis, ni en Europe. Les arguments pour convaincre MGM de continuer l’aventure sont faibles.

Ensuite, la collaboration entre le Cheval Français et Yonkers qui avait abouti à la création d’un programme Premium retransmis en France depuis trois ans pourrait arriver à son terme. Quelques mois à peine après l’achat de 22 trotteurs français pour un investissement total de 440 000 € par des propriétaires américains, le PMU annonce le retrait de plusieurs centaines de courses étrangères du programme Premium et le Cheval Français devrait choisir de couper les ponts avec Yonkers dans le cadre d’un effort de concentration sur l’offre nationale. Devant cette fin de non-recevoir, MGM serait plus échaudé que jamais pour conclure des accords transatlantiques avec la France à l’avenir.

Il est probable qu’au fond, ni l’une ni l’autre des deux organisations n’attache beaucoup d’importance à ces relations. Les enjeux ne sont pas assez significatifs et la génération de ceux qui voyaient dans les échanges franco-américains la clé d’un avenir meilleur perd de son influence.

La France et l’Amérique ont plus que jamais en commun de ne considérer un avenir que dans le périmètre de leurs frontières. On verra ce à quoi mènera cette attitude mais les expériences précédentes n’ont pas bien tourné.

L’isolement, c’est la faiblesse.

Up and Quick pourrait-il néanmoins quitter la scène sur une victoire ? ce qui sera peut-être le dernier International trot sera sans doute aussi son dernier tour de piste. L’élève de Philippe Delon a 10 ans. Il a gagné son prix d’Amérique il y a trois ans et a connu bien des avatars depuis. Il retrouve la forme, cette année, en particulier sur les anneaux de vitesse européens, mais les conditions dans lesquelles se déroule l’International Trot sont très particulières. « La piste ne lui posera pas de problème, a toutefois expliqué Philippe Delon à propos du pensionnaire d’Antoine Lhérété. À main gauche, il peut tourner dans une assiette. Ce qui me tracasse davantage, c’est le fait de ne pouvoir passer les journées dehors. Chez lui, là où il fait la monte et où il réside à l’année désormais, il passe ses journées au paddock. Il fait de la piscine et ne rentre au box que pour y passer la nuit. C’est une toute autre routine que celle qu’il a découverte à Yonkers, dans son barn de quarantaine. »

La bonne nouvelle, c’est qu’Up And Quick a tiré le N°2 derrière l’autostart, entre le canadien Marion Marauder, qui ne démarre pas très vite, et la championne américaine Ariana G, qui sera sans doute l’autre favorite de la course. Le français sera piloté par le driver N°1 de Yonkers, Jason Bartlett, et Philippe Delon, là encore, n’est pas inquiet par cette première rencontre entre un pilote et son cheval : « Up and Quick est très facile et il a souvent changé de driver au fil de sa carrière. Nous avions prévu Yannick Gingras, le champion québécois, qui est le meilleur aux USA, mais il a finalement été retenu par Jimmy Takter, avec qui il travaille toute l’année, pour Ariana G. Nous avons choisi le meilleur driver de Yonkers pour lui donner tort ! » Ariana G a gagné cinq courses cette saison et vient de battre les mâles à Dayton après avoir gagné le Hambletonian Maturity le jour du Hambletonian.

Lauréat de la dernière Elitloppet, l’italien Ringostarr Treb a hérité pour sa part du N°4 avec Wim Paal au sulky et l’entraîneur tenant du titre, Jerry Riordan, pour préparer tout ça. « Les quatre chevaux de la corde sont les mieux placés et je vais pouvoir choisir un peu mon rythme », a analysé Wim Paal en apprenant le tirage des places à l’autostart. Autre trotteur bien connu des Européens, et même des Français pour avoir fait sensation à Vincennes, le norvégien Lionel sera en 2ème ligne à la corde avec le 9 et son propriétaire Goran Antonsen au sulky.

La course est programmée samedi soir à 21h40 au sein d’une mini-réunion de quatre courses entre 21h10 et 22h10. On verra notamment dans la course par invitations de 21h10 la prestation de Homicide Hunter, qui vient d’établir un nouveau record de vitesse outre-Atlantique avec un chrono de 1’7 »6 réalisé au Red Mile, dans le Kentucky, le tombeau des records !

Vous découvrirez les analyses partant par partant, les conseils de jeu et les vidéos des meilleurs sur ce site jeudi et vendredi.

-Emmanuel Roussel, en direct de New York

 

Breeders’Crown : des couronnes et des promesses…

Vendredi 28 et samedi 29 octobre se déroulaient à Meadowlands (New Jersey) les finales de la Breeders’Crown, virtuel acte final de la saison des courses attelées aux États-Unis avant l’élection des chevaux de l’année. Les principaux animateurs de la saison n’ont cependant pas toujours eu le dernier mot alors que des promesses d’une saison 2017 remarquable ont déjà pu être lancées… Continuer la lecture de « Breeders’Crown : des couronnes et des promesses… »

HAMBLETONIAN : GRANDE REVUE D’EFFECTIF À MEADOWLANDS

Samedi 16 juillet, Meadowlands (New Jersey). – Les principaux favoris de la grande journée du Hambletonian, programmée cette année le 6 août, étaient au rendez-vous samedi soir sur l’hippodrome de Meadowlands, près de New York.

Chez les mâles de 3 ans, le leader de la promotion la saison dernière, Southwind Frank, s’affirme encore cette année. Ce pensionnaire de Ron Burke a gagné sa batterie du Stanley Dancer, course de préparation au Hambletonian, en 1’10’’ sur la distance de 1.811 mètres qu’il a remportée après avoir trotté à couvert jusqu’à l’entrée de la ligne droite. Il n’a pourtant pas impressionné son entraîneur Ron Burke : « Je ne l’ai pas trouvé très impressionnant, a en effet déclaré le leader de la profession outre-Atlantique. Nous allons tirer les leçons de cette course à la maison. Nous avons un peu tripoté sa bride, ces derniers temps, pour le maîtriser un peu. Mais il va falloir revoir son équipement pour au contraire le laisser s’exprimer davantage, comme il était avant que nous ne fignolions. »

Dans l’autre batterie du Stanley Dancer, Marion Marauder, un autre fils de Muscle Hill, s’est imposé de bout en bout, facilement, sur le pied de 1’11’’3 (vidéo ci-dessous).

Chez les pouliches de 3 ans, c’est aussi la meilleure à 2ans qui confirme son leadership : Broadway Donna, gagnante l’an dernier du Jim Doherty (ex-Merrie Annabelle), championnat féminin des 2 ans lors du Hambo Day, s’est imposée au finish, de justesse (lire vidéo ci-dessous), mais en 1’9’’9 dans le Delvin Miller, tremplin vers les Hambletonian Oaks… C’était la troisième sortie officielle de la pouliche cette saison après trois requalifications pour commencer. « Nous avons pris notre temps parce que c’est une pouliche de premier plan et qu’il n’y avait pas de raison de se presser », a expliqué son entraineur Jim Campbell.

Dans la seconde batterie de cette épreuve, les juges à l’arrivée n’ont pu départager Woman Will, qui venait de devancer Broadway Donna sur la piste de Philadelphie et semblait avoir course gagnée à deux cents mètres du but, et la franco-américaine Unica Steed, propriété de AB Trot issue de l’étalon US Muscle Yankee et de la championne Première Steed. Sous l’entraînement de Fabrice Souloy et Eric Bondo, elle avait remporté trois courses en Italie, dont deux à 2ans, avant de s’envoler pour les USA et l’écurie de Jimmy Takter le 20 avril dernier. Là voilà donc au point après avoir pu se préparer tranquillement, notamment aux mains de l’entraîneur français Nicolas Roussel, qui fait partie désormais des adjoints du Suédois dans le New Jersey.

Ce n’est pas la seule nouveauté « française » outre-Atlantique puisqu’un fils de notre Ready Cash national, le 2ans Victor Gio, également venu d’Italie (où il est né, alors qu’Unica Steed est normande) a remporté sa batterie de qualification de façon impressionnante en 1’12’’6, avec les derniers 400 mètres sur le pied de 1’7’’6…

Victor Gio (Yannick Gingras), fils de Ready Cash et Ilaria Jet, comme à la parade pour sa 2ème sortie américaine...
Victor Gio (Yannick Gingras), fils de Ready Cash et Ilaria Jet, comme à la parade pour sa 2ème sortie américaine…

Fils de la championne Ilaria Jet, qui prit notamment la 2ème place du Prix d’Été de Rapide Lebel en 2010 à Vincennes sous l’entraînement de Vincent Martens (vidéo ci-dessous). Victor Gio est lui aussi entraîné par Jimmy Takter et il faut s’attendre à prochainement entendre reparler de lui aux Etats-Unis.

(©scoopdyga.com) Ilaria Jet en novembre 2010 à Vincennes.
(©scoopdyga.com) Ilaria Jet en novembre 2010 à Vincennes.

J-3 : Timoko & Co sur et surtout au milieu de la piste de Yonkers

Mercredi 7 octobre 2015, Yonkers (New York). – La délégation européenne était de sortie mercredi matin sur la piste et le gazon de Yonkers. En effet, compte tenu de la dureté du sol, beaucoup de visiteurs préfèrent tourner sur le gazon de l’intérieur, matelas épais et confortable d’herbe bien verte et dense –on s’y allongerait volontiers, sous le soleil matinal de New York. Continuer la lecture de « J-3 : Timoko & Co sur et surtout au milieu de la piste de Yonkers »

SUR LA ROUTE DU « HAMBO DAY »…

Vendredi 31 juillet et  samedi 1er août 2015, East Rutherford (New Jersey). – Les qualifications à quelques-unes des épreuves de la journée du Hambletonian, samedi prochain à Meadowlands, se sont déroulées sur cette même piste vendredi et samedi.
Vendredi soir, cinq batteries de poulains de 2ans réunissaient neuf partants chacune : trois servaient de sélection pour le Jim Doherty Memorial (ex-Merrie Annabelle), ouvert aux pouliches, et deux autres pour le Peter Haughton Memorial, le championnat des jeunes poulains.

Broadway Donna drivée par David Miller. (photo ustrotting.com)
Broadway Donna drivée par David Miller. (photo ustrotting.com)

Pas de surprise majeure ni d’élimination surprise chez les pouliches avec les succès de Womans Will (1’11’’8) pour la famille Miller, Kathy Parker (1’12’’2) pour Jimmy Takter et surtout Broadway Donna (1’10’’6) pour Jim Campbell, la plus convaincante du lot, qui signait ainsi le meilleur chrono de la saison chez les 2ans. John Campbell, qui aurait dû piloter la petite championne, est tombé le matin aux qualifications et souffre d’une fracture du poignet qui pourrait compromettre sa participation aux finales de samedi prochain. Notons que Jimmy Takter a qualifié pour la finale du Jim Doherty quatre des sept pouliches qu’il présentait vendredi…

Southwind Frank et Yannick Gingras. (photo ustrotting.com)
Southwind Frank et Yannick Gingras. (photo Lisa)

Chez les mâles de 2 ans, on a assisté aux victoires de Southwind Frank (1’11’’, pratiquement de bout en bout) pour Ron Burke, et de Milligan’s School (1’11’’ également, mais sur 800 derniers mètres en progression) pour les Miller. Mal parti dans cette seconde batterie, le partenaire de Jimmy Takter, Bar Hopping, est revenu chercher une méritante 2e place et sera sans doute la principale opposition à Southwind Frank dans la finale de samedi.

On notera que Jimmy Takter présentait les deux premiers d’une course ouverte pour 3 ans qui faisait figure de dernière préparatoire au Hambletonian, à savoir French Laundry et The Bank, dans un même chrono de 1’10’’1. Chez les chevaux d’âge, également au départ d’un open à une semaine du John Cashman Memorial, la jument Handover Belle a résisté jusqu’au bout à Wind of the North pour l’entraînement de Ron Burke, mais Allie Labrook a bien fini 3e en dehors juste devant Shake It Cerry, drivée avec précaution par Johnny Takter car elle avait le 9 au départ.

Lock Down Lindy avec Tim Tetrick. (ustrotting.com)
Lock Down Lindy avec Tim Tetrick. (ustrotting.com)

Samedi soir, c’était au tour des pouliches de 3ans de gagner leur ticket pour les Hambletonian Oaks. Deux lots de huit femelles se présentaient au départ sans réel épouvantail. Les deux favorites à 1.80, la « Takter » Wild Honey et la « Miller » Livininthefastlane, ont d’ailleurs terminé 2e de chaque épreuve, battues pour la première par Spirit to Win (1’9’’9) et pour la seconde par Lock Down Lindy (1’9’’5), dont l’entraîneur Tony Alagna a déclaré : « Nous l’avons beaucoup ménagée jusqu’ici, peut-être trop. C’est le moment de la révélation. »

C’est aussi samedi, mais à Yonkers-New York, que la jument de 5 ans Bee a Magician (Brian Sears) a gagné facilement un Open, de bout en bout, avec un chrono-record pour sa catégorie sur cette piste de 1’11 »2. Elle a devancé Take My Picture et Not Afraid de plus de trois longueurs sans jamais avoir semblé menacée.
La pensionnaire de Nifty Norman remportait-là sa sixième victoire consécutive, la 8e en 9 sorties cette saison.

Résultats et vidéos de Meadowlands
Vendredi :
http://www.thebigm.com/results.aspx?racedt=7/31/2015
Samedi :
http://www.thebigm.com/results.aspx?racedt=8/1/2015

MISSION BRIEF FACE AUX MÂLES DANS LE HAMBO

Dimanche 26 juillet 2015, Vernon Downs (New York). – La route a pu sembler longue, et surtout incertaine, mais Mission Brief semble revenue dans les meilleures dispositions. Suite à la victoire de la pouliche en 1’9’’5, dimanche à Vernon Downs dans le Zweig Memorial réservé aux femelles de 3ans, son entraîneur Ron Burke a décidé de l’engager contre les mâles le samedi 8 août au départ du Hambletonian, une épreuve remportée par une femelle pour la dernière fois en 1996 (Continentalvictory)…
Grande championne des 2ans l’an dernier, Mission Brief s’est montrée fautive à plusieurs reprises cette année, notamment au cours de ses requalifications, mais elle a montré un meilleur visage dimanche, comme en témoigne la vidéo ci-dessous (elle est 3è ds le 1er virage) et son driver Yannick Gingras : « Elle était à 80 ou 90% la dernière fois, mais je la sens à 100%, à présent. »

Pinkman, un pensionnaire de Jimmy Takter également drivé par Yannick Gingras, a pour sa part remporté dimanche à Vernon (piste de 1.200 mètres) la division masculine du Zweig Memorial en 1’9’’6, sa sixième victoire en sept sorties cette saison. Il fait figure de favori pour le Hambletonian, aujourd’hui.

La 8 août à Meadowlands, s’il y a plus de treize concurrents engagés dans le Hambletonian, deux batteries seront organisées avant une finale, comme dans l’Elitloppet. S’ils sont treize ou moins, en revanche, ils courront en une seule fois. « Ça ne dérange pas la jument, a estimé Ron Burke. Elle est très athlétique et peut faire deux heats en une après-midi. Nous avons choisi le Hambletonian plutôt que les Oaks parce que si elle gagne, ça change notre vie à tous, et c’est très bon pour le sport. Dans les Oaks, elle serait à égalité pour gagner 500.000$, mais ça ne changerait pas notre vie ».
Si deux batteries étaient organisées, Yannick Gingras devrait attendre leur déroulement pour choisir son partenaire dans la finale. Le Québécois n’a pas fini de se gratter la tête…